Quand le chef de la com' d'Emmanuel Macron traite Yann Barthès de "gros connard" (mais dément)

Publié à 11h45, le 19 mai 2017 , Modifié à 12h55, le 22 mai 2017

Quand le chef de la com' d'Emmanuel Macron traite Yann Barthès de "gros connard" (mais dément)
Sylvain Fort et Yann Barthès © Montage Le Lab via AFP
Image Etienne Baldit


[Sylvain Fort a démenti ces informations, voir plus bas.]

Emmanuel Macron a souvent été présenté en "chouchou des médias". Pourtant, sa relation avec la presse a toujours été sur un fil. Secret et refusant le off ou tout rapport trop informel avec les journalistes, le nouveau chef de l'État a aussi mis en place une équipe de com' qui cherche à contrôler au maximum son traitement médiatique. Ce qui se traduit à travers la volonté élyséenne d'indiquer "une préférence" quant aux reporters qui suivront les déplacements du Président, *tout naturellement*. Mais aussi par le fait que certains de ses conseillers n'hésiteraient pas à en venir aux insultes et aux mesures de rétorsion envers les journalistes qui leur déplaisent un jour.

M le magazine du Monde relate ainsi, jeudi 18 mai, un épisode *légèrement* hallucinant consécutif à la mauvaise "séquence Rotonde". Le soir du premier tour de la présidentielle, Emmanuel Macron se rend dans cette brasserie parisienne connue (sans être select), en compagnie de membres de son équipe de campagne mais aussi de célébrités comme François Berléand, Line Renaud ou Stéphane Bern. Alors que le Front national est de nouveau qualifié pour le second tour, l'image fait un peu tache et vient s'ajouter à un discours du candidat, quelques minutes plus tôt, qui ressemblait à une déclaration de victoire avant l'heure. Sur le trottoir de l'établissement, les caméras captent les images qui tournent en boucle et la polémique commence à enfler.

À sa sortie, Emmanuel Macron se voit demander par Paul Larrouturou, journaliste à Quotidien, si cet épisode ne ressemblerait pas un peu à celui du Fouquet's pour Nicolas Sarkozy. Colère de l'intéressé qui répond au reporter qu'il n'a "rien compris à la vie" et qu'il n'a "pas de leçon à recevoir du petit milieu parisien".





Mais l'énervement ne s'est pas arrêté à ces images. M relate en effet qu'ensuite, notre confrère s'est non seulement vu "compliquer au maximum l’accès au candidat" mais aussi que le communicant en chef de Macron, Sylvain Fort, a directement contacté Yann Barthès, le présentateur de l'émission, pour l'insulter :

Les conseillers, fous de rage, contactent les journalistes, les téléphones vibrent : 'Vous voulez faire passer le FN, c’est ça ?' [...] 'Quotidien' reçoit des menaces de boycott et des pressions directes. Yann Barthès, l’animateur de l’émission, se fait agonir par Sylvain Fort. 'Gros connard', 'Débile profond' (après lecture le 18 mai, l’intéressé dément le deuxième terme).

On notera que Sylvain Fort a pris la peine de contacter les auteurs de l'article de M pour démentir avoir traité Yann Barthès de "débile profond", mais pas de "gros connard", ce qu'il assume donc totalement. Tout va bien. [EDIT 20/05] Auprès du Lab après publication de cet article, Sylvain Fort dément avoir utilisé les deux expressions, assurant n'avoir "jamais insulté" Yann Barthès. Il dit être "resté parfaitement calme et courtois" lors de ce coup de fil, "le seul" qu'il lui aurait passé et qui aurait fait suite au déplacement d'Emmanuel Macron à l'usine Whirlpool d'Amiens, et non à la Rotonde (trois jours plus tard donc). De son côté, M maintient ses informations, à savoir que le communicant aurait traité le journaliste de "gros connard".

Des pratiques qui ne sont pas totalement isolées. Pendant la campagne, Le Lab a ainsi reçu un appel particulièrement insistant du même Sylvain Fort demandant la suppression d'un article qu'il jugeait illégitime. Dans le film Les coulisses d'une victoire, diffusé sur TF1 lundi 8 mai, on voyait par ailleurs les communicants d'En Marche ! passer des coups de fil plus que houleux (notamment auprès de journalistes) pendant la double polémique sur la colonisation et les anti-mariage pour tous "humiliés" par François Hollande. 

Et M raconte encore cette autre scène, qui date du soir du second tour de la présidentielle :



C’est Michel Field, le directeur de l’information de France Télévisions, qui reçoit un appel furieux d’un conseiller. Il lui reproche la couverture médiatique de France 2 : comment peuvent-ils diffuser le discours de Mélenchon au lieu de se consacrer exclusivement à la soirée de victoire de Macron ? 'J’ai mis ça sur le compte de l’exaltation de la soirée, raconte Michel Field, magnanime. Ils ont dû se chauffer la tête. Je leur ai expliqué le B.A.-BA de l’information et de la priorité au direct.'

Voilà voilà.

[Edit] 22 mai Modification du paragraphe concernant le Lab sur la mention du FN. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus