Quand les juppéistes étaient prêts à aider Fillon en cas d’élimination de Juppé au premier tour

Publié à 07h40, le 24 novembre 2016 , Modifié à 07h44, le 24 novembre 2016

Quand les juppéistes étaient prêts à aider Fillon en cas d’élimination de Juppé au premier tour
François Fillon et Alain Juppé. © AFP
Image Sébastien Tronche


LES TEMPS CHANGENT - Fut un temps où ça se passait bien entre juppéistes et fillonistes, où leur adversaire commun était avant tout Nicolas Sarkozy et où l’on imaginait aisément un ralliement de François Fillon à Alain Juppé en cas de second tour entre le maire de Bordeaux et l’ancien Président (et vice-versa). Mais ça, c’était avant la surprise du premier tour de la primaire de la droite et l’arrivée en tête, largement, de François Fillon. Depuis le ton a radicalement changé entre les deux hommes.

Mais avant, quand ça se passait bien entre les deux camps, le camp Juppé se disait prêt à aider le camp Fillon au cas où celui qui était pendant de long mois le favori des sondages était recalé au premier tour. Ainsi apprend-on dans les colonnes de L’Opinion de ce jeudi 24 novembre, jour du débat d’entre-deux-tours entre Alain Juppé et François Fillon, que les juppéistes étaient prêts à donner un coup de main à l’autre ancien Premier ministre de la primaire.

"Quelques jours avant le premier tour, écrit L’Opinion, Gilles Boyer, le directeur de la campagne juppéiste" avait glissé au faiseur de miracles Patrick Stefanini, directeur de campagne de François Fillon :

Si on n’y est pas, on vous filera nos salles pour les meetings.

Mais le scénario finalement écrit n’était pas celui imaginé et les fillonistes n'ont pas eu besoin des salles réservées par les juppéistes. François Fillon a remporté le premier tour, Nicolas Sarkozy a été éliminé de la vie politique et ce dernier a aussitôt appelé à soutenir son ancien Premier ministre.

Depuis, rien ne va plus entre François Fillon et Alain Juppé qui vont en découdre lors d’un attendu débat d’entre-deux-tours avant le verdict final de la primaire de la droite, dimanche 27 novembre.

A LIRE AUSSI SUR LE LAB :

> Fonctionnaires, extrême droite, tandem avec Sarkozy : trois jours d'attaques de Juppé envers Fillon

Accusé d'être trop dur avec François Fillon, Alain Juppé explique qu'"il ne faut pas jouer les chochottes" 

> La campagne agressive de Juppé contre Fillon gêne parmi ses soutiens  

> Quand François Fillon "rêvait" d'un second tour face à Alain Juppé à la primaire 

Du rab sur le Lab

PlusPlus