Quand Macron refusait d’être le directeur de cabinet adjoint de Fillon à Matignon

Publié à 20h42, le 05 janvier 2017 , Modifié à 20h57, le 05 janvier 2017

Quand Macron refusait d’être le directeur de cabinet adjoint de Fillon à Matignon
© PATRICK KOVARIK / AFP

En 2011, Emmanuel Macron participait à la campagne de François Hollande lors de la primaire organisée par le PS. Il était alors chargé de préparer les discours économiques du candidat, préférant traiter directement avec le futur président que de participer aux réunions de coordination, notait le journaliste de Marianne Marc Endeweld dans son livre L’ambigu Monsieur Macron paru chez Flammarion.

Un an plus tôt, Emmanuel Macron, alors banquier d’affaires chez Rothschild, avait décliné une proposition qui aurait pu avoir des conséquences différentes sur sa future carrière politique. Selon l’Obs daté de ce jeudi 5 janvier, François Fillon, alors Premier ministre, avait en effet proposé à l'ancien membre de la commission Attali de devenir son directeur de cabinet adjoint à Matignon en 2010. Mais Emmanuel Macron avait refusé. Il n’aurait pourtant pas dépareillé parmi les personnalités d’ouverture sollicitées par Nicolas Sarkozy au début de son quinquennat.

L’anecdote avait déjà été évoquée par François Xavier Bourmaud dans son livre Emmanuel Macron, le banquier qui voulait être roi (l’Archipel) paru en avril 2016. Voilà ce qu’écrivait le journaliste du Figaro :

 

 

François Fillon a tenté de le recruter. C’était en avril 2010, via le réseau de l’inspection des finances. En partance pour la Caisse des dépôts, le directeur adjoint de cabinet de François Fillon, Antoine Gosset-Grainville, proposa de faire venir Emmanuel Macron pour le remplacer. Le Premier ministre valida la proposition, l’Elysée aussi. Mais Emmanuel Macron refusa net, au motif qu’il ne se reconnaissait pas dans la politique de Nicolas Sarkozy.

Cette information était, il est vrai, passée inaperçue. Il faut dire que François Fillon était alors nettement distancé dans les sondages pour la primaire et qu’Emmanuel Macron, alors ministre de l’Economie, n’était pas encore candidat à la présidentielle. Les deux pourraient désormais se retrouver au second tour de la présidentielle. L’occasion peut-être de revenir sur cet épisode…

Du rab sur le Lab

PlusPlus