Qu’est-ce que les candidats à la présidentielle ne pourront plus faire à partir de vendredi 21 avril à minuit ?

Publié à 12h26, le 21 avril 2017 , Modifié à 12h32, le 21 avril 2017

Qu’est-ce que les candidats à la présidentielle ne pourront plus faire à partir de vendredi 21 avril à minuit ?
Les équipes des candidats ne pourront plus tracter lors de ce dernier week-end. © PHILIPPE HUGUEN / AFP
Image Victor Dhollande-Monnier


#LAQUESTIONCON - Il est des questions que personne ne se pose, jusqu'à ce que quelqu'un se les pose. Le monde réalise alors qu'il aurait dû se les poser avant. Le Lab se dévoue donc en consacrant à ces interrogations essentielles cette chronique.

Aujourd'hui : Qu’est-ce que les candidats à la présidentielle ne pourront plus faire à partir de vendredi 21 avril à minuit ?

L’attaque terroriste qui a causé la mort d’un policier jeudi 20 avril sur les Champs-Elysées a incité certains candidats à écourter leur fin de campagne. Ainsi, dès jeudi soir, lors de l’émission 15 minutes pour convaincre, François Fillon a demandé l’arrêt de la campagneune suspension jugée hypocrite par Emmanuel Macron vendredi matin sur RTL. Le candidat LR a également annulé son déplacement prévu ce vendredi en Haute-Savoie. Marine Le Pen a fait le même choix, annulant sa visite dans un refuge pour animaux de Saône-et-Loire. Les 9 autres candidats ont choisi, eux, de continuer jusqu’à la fin de la campagne officielle, c’est-à-dire vendredi 21 avril à minuit. 

Selon les articles L. 47, L. 49 et L. 49-1 du code électoral, voici la liste des interdits pour les candidats :

- Toute propagande officielle, notamment audiovisuelle

- Toute réunion électorale 

- Toute distribution de tracts, circulaires et autres documents

- Tout envoi au public, par voie électronique, d’un message ayant le caractère de propagande électorale

- Tout appel téléphonique en série des électeurs afin de les inciter à voter pour un candidat

- Toute publication d’un entretien d’un candidat par un quotidien

- Toute actualisation ou modification d’un site internet d’un candidat

Par ailleurs, le CSA impose aussi une période de réserve la veille et le jour du scrutin. Le CSA rappelle également que, lors de ce week-end, "aucun sondage électoral ne peut faire l’objet, par quelque moyen que ce soit, d’une publication, d’une diffusion ou d’un commentaire. Cette interdiction prend fin à la fermeture du dernier bureau de vote sur le territoire métropolitain". Une amende de 75.000 € sera infligée aux médias qui ne respecteraient pas cette règle.

Voilà, vous savez tout. De rien.

C'était très intéressant.

Du rab sur le Lab

PlusPlus