Rachida Dati: "Je pourrais redevenir caissière, ça ne me dérangerait pas"

Publié à 11h11, le 28 février 2013 , Modifié à 17h11, le 28 février 2013

Rachida Dati: "Je pourrais redevenir caissière, ça ne me dérangerait pas"
Rachida Dati, le 23 janvier 2013 (Maxppp).

Rachida Dati la joue modeste. Ou joue la modeste, c'est selon. Dans un article publié par Challenges, la maire du VIIe arrondissement de Paris concède être en mauvaise posture dans la course à la mairie de Paris. Au point d'envisager la fin de sa carrière politique :

Si je devais quitter la politique, je pourrais redevenir caissière dans un Franprix, ça ne me dérangerait pas.

Le Point raconte en 2009 que Rachida Dati aurait, en effet, été caissière dans sa jeunesse. Mais au Prisunic, ancêtre du Monoprix. Et beaucoup moins qu'elle ne le laissait entendre aux journalistes à l'époque :

Elle dit avoir tant travaillé aux rayons charcuterie et glaces. Les anciennes ne l'ont jamais vue que pendant l'été, où elle est venue un mois deux années de suite, semble-t-il, comme plein d'autres étudiants.

  

Les journalistes de Challenges ajoutent que, selon Rachida Dati, sauf "retournement toujours possible", c'est partie gagnée pour Anne Hidalgo, la candidate socialiste à la Mairie de Paris. Une façon d'anticiper sa propre défaite. Et celle de sa principale concurrente dans la primaire parisienne de l'UMP: Nathalie Kosciusko-Morizet.

Mise à jour 16h29 :

L'enseigne de supermarchés Franprix a réagi avec humour via Twitter dans la journée :

Du rab sur le Lab

PlusPlus