"Racisme anti-Français" : Jean-François Copé se dit "touché" par la "copéisation" de François Fillon

Publié à 13h23, le 17 mars 2017 , Modifié à 13h28, le 17 mars 2017

"Racisme anti-Français" : Jean-François Copé se dit "touché" par la "copéisation" de François Fillon
Jean-François Copé, profondément touché par la "copéisation" de François Fillon. © AFP
Image Amandine Réaux


Pour la première fois, lors d’un meeting à Caen jeudi 16 mars, François Fillon a dénoncé le "racisme anti-Français", reprenant ainsi le vocabulaire de l’extrême droite. Et un peu aussi celui de Jean-François Copé. D’ailleurs, le député-maire de Meaux estime que c’est lui qui a influencé le candidat LR. Et ça, ça le "touche", s’amuse-t-il auprès du Figaro vendredi :



La 'copéisation' des esprits me touche ! Je suis très content qu'il reprenne ces thèmes car c'est ce que je vis à Meaux. À l'époque, lui et ses proches n'avaient pas de mots assez dur pour fustiger mon constat.

"JFC" n’est pas peu fier d’avoir fait changer d’avis – pardon, d’avoir "copéisé" – François Fillon. À l’occasion, il ne se prive pas de rappeler qu’en 2012, lorsqu’il avait évoqué le "racisme anti-blanc", son rival d’alors ne partageait pas vraiment ce "constat". Même si les propos de François Fillon étaient légèrement différents de ce que laisse entendre Jean-François Copé aujourd’hui. "Ma volonté n'est pas de dénoncer telle ou telle forme de racisme mais d'apporter des réponses", disait-il tout en expliquant que c’était une "situation réelle", comme le rappelle Le Figaro.

Rivaux en 2012 puis lors de la primaire de la droite, les deux hommes se sont réconciliés, affichant leur *entente cordiale* dans le fief seine-et-marnais de "JFC". Même si, en privé, le "monsieur 0,3%" de la droite dézingue volontiers François Fillon, jubilant ici devant ses problèmes judiciaires, disant là être allé "au bout du bout" de sa "loyauté" envers lui.

Du rab sur le Lab

PlusPlus