Rafle du Vel' d'Hiv : Emmanuel Macron donne à Benjamin Netanyahou du "cher Bibi"

Publié à 12h26, le 16 juillet 2017 , Modifié à 08h12, le 17 juillet 2017

Rafle du Vel' d'Hiv : Emmanuel Macron donne à Benjamin Netanyahou du "cher Bibi"
Emmanuel Macron le 14 juillet © CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / POOL / AFP
Image Sylvain Chazot


Donald Trump est à peine reparti pour les États-Unis après avoir assisté au défilé militaire du 14 juillet sur les Champs-Elysées qu'une autre invitation suscite polémique et interrogations de la part de certains. Le Premier ministre d'Israël, Benjamin Netanyahou, est ce dimanche 16 juillet à Paris pour commémorer, aux côtés d'Emmanuel Macron, le 75e anniversaire de la rafle du Vel' d'Hiv au cours de laquelle 13.000 hommes, femmes et enfants juifs ont été arrêtés par la police française avant d'être envoyé dans les camps de la mort.

La présence du leader israélien fait polémique. Sur Mediapart, de nombreux militants et élus de La France insoumise ont publié une tribune dans laquelle ils disent s'opposer "à la venue du criminel Netanyahou en France". 

Emmanuel Macron a répondu à sa manière à ces protestations. Ce dimanche matin, juste après avoir écouté le discours de Benjamin Netanyahou lors des commémorations, le président de la République a pris la parole et a débuté son discours comme ceci :

Monsieur le Premier ministre d'Israël… Cher Bibi… Merci pour ces mots.

"Cher Bibi". Emmanuel Macron a décidé d'appeler très ostensiblement Benjamin Netanyahou par le surnom que lui donnent ses partisans. Ou comment signifier aux opposants que le leader israélien est le bienvenu ici.

Le chef de l'État français n'est cependant pas le premier leader à appeler ainsi, officiellement, Benjamin Netanyahou. En 2012, le vice-président américain Joe Biden avait lui aussi usé du surnom "Bibi" pour parler du Premier ministre israélien, soulignant ainsi la proximité parfois mise à mal sous l'administration Obama entre les États-Unis et Israël.

 



[BONUS TRACK]

Le débat avait agité la fin de campagne présidentielle. Début avril, invitée du Grand Jury, Marine Le Pen avait affirmé que non, la France "n'est pas responsable du Vél' d'Hiv". Une formule qui avait suscité la controverse.

Ce 12 juillet, 75 ans après la rafle du Vel' d'Hiv', Emmanuel Macron a répété :

C'est bien la France qui a organisé la rafle  puis la déportation et donc, pour presque tous, la mort des 13.152 personnes de confession juive arrachées les 16 et 17 juillet 1942 à leur domicile. 

#

Du rab sur le Lab

PlusPlus