Rafle du Vel d’Hiv : les candidats à la présidentielle dénoncent les propos de Marine Le Pen

Publié à 10h26, le 10 avril 2017 , Modifié à 11h49, le 10 avril 2017

Rafle du Vel d’Hiv : les candidats à la présidentielle dénoncent les propos de Marine Le Pen
Image Victor Dhollande-Monnier


A deux semaines du premier tour de l’élection présidentielle, Marine Le Pen a soulevé un tollé dimanche 9 avril en estimant que la France n'était "pas responsable" de la rafle du Vel d'Hiv en 1942 à Paris, au cours de laquelle plus de 13.000 juifs avaient été arrêtés. Une sortie condamnée par tous les candidats à l’élection présidentielle.

  • Emmanuel Macron

Invité de BFMTV dimanche soir, Emmanuel Macron est le premier à avoir réagi. "D'aucuns avaient oublié que Marine Le Pen est la fille de Jean-Marie Le Pen", a ironisé le candidat d’En marche ! Et de poursuivre :

Il ne faut pas avoir de complaisance ou minimiser ce qu'est le Front national aujourd'hui dans notre pays. Donc c'est une faute grave, ce qu'elle a fait […] Je pense que Jacques Chirac avait justement pris ses responsabilités et eu un geste courageux.
  • Benoît Hamon

Benoît Hamon, lui aussi, a établi un parallèle entre la déclaration de Marine Le Pen et les polémiques passées déclenchées par son père. Invité de RTL, voici l’échange qu’il a eu avec Elizabeth Martichoux :

- Benoît Hamon : Non elle n’a pas raison. Elle n’aime pas l’Histoire, je pense qu’elle l’arrange.Elle l’arrange parce que la responsabilité de la France est évidente. Il n’y avait pas un soldat allemand pour prêter main forte aux policiers pour opérer cette rafle du Vel d’Hiv. La réalité, c’est que le président de la République Jacques Chirac avait fait un choix qui était un choix important, en rupture avec ce qui avait pu être dit auparavant. Moi, je l’approuve et c’est le sens de l’Histoire que de reconnaître la responsabilité de la France.

- Journaliste : Est-ce que c’est un hasard que Marine Le Pen le dise maintenant, à 15 jours de la présidentielle ? Ou est-ce qu’il y a une intention derrière finalement d’avoir une certaine filiation avec des propos paternels ?

- Benoît Hamon : Je ne sais pas si c’est calculé mais en tout cas, si on doutait que Marine Le Pen est d’extrême droite, on ne peut plus en douter.
  • Nicolas Dupont-Aignan

Nicolas Dupont-Aignan a fait mine de ne pas "comprendre" la polémique. Invité de LCI ce lundi matin, le candidat de Debout la France nous donne une petite leçon d’Histoire :

Je ne comprends pas la polémique. Je vais vous dire pourquoi. Parce qu’on doit prévoir la France dans 50 ans. Et en France, on a le génie de se disputer sur un passé douloureux. Le passé est tragique. Qu’est-ce qui s’est passé ? Il y a une France qui a collaboré, c’est celle de Vichy. Il y a une France qui a sauvé l’honneur, c’est celle de De Gaulle […] Est-ce qu’on va éternellement continuer comme ça ?
  • Jean Lassalle

Jean Lassalle ne s’est pas trop étendu sur le sujet. Le candidat centriste à l’élection présidentielle a salué ce lundi 10 avril le geste de Jacques Chirac qui avait reconnu la responsabilité de la France dans cette rafle, en juillet 1995. Jean Lassalle dit sur France 2 :

Ce qu’avait dit Jacques Chirac était très beau, ce que dit Marine Le Pen est inutile est dangereux.
  • François Asselineau

Comme Jean Lassalle, François Asselineau a préféré ne pas trop s’étendre sur la polémique. Invité de France Inter ce lundi 10 avril, le candidat de l’Union Populaire Républicaine (UPR) estime que Marine Le Pen a voulu "faire le buzz" :

Ça fait partie de ce genre de polémique totalement inopportune et assez choquante. Voilà, Madame Le Pen essaie de faire le buzz là-dessus, sur des sujets qui sont extrêmement cruels. Donc, à mon avis, le mieux, c’est de ne pas trop en parler.
  • Jacques Cheminade

Jacques Cheminade, lui, préfère retenir la position du Général de Gaulle. Invité d’Europe 1 ce lundi, le candidat à l’élection présidentielle assure :

Ma position est celle du Général de Gaulle. Il s’est battu pour une France libre. Et ma position est celle de tous les Français qui ont défendu les juifs et qui se sont battus pour eux. 


 

A LIRE AUSSI SUR LE LAB

VIDÉO - En 1995, Jacques Chirac reconnaît la responsabilité de la France dans la rafle du Vel' d'Hiv'

A LIRE AUSSI SUR EUROPE1.FR

Pour Marine Le Pen, la France "n'est pas responsable du Vel d'Hiv"

Du rab sur le Lab

PlusPlus