Rama Yade pose ses conditions à un soutien à Emmanuel Macron

Publié à 12h32, le 08 mai 2017 , Modifié à 12h32, le 08 mai 2017

Rama Yade pose ses conditions à un soutien à Emmanuel Macron
© CYRIL FOLLIOT / AFP

Il y a tout juste un an, Rama Yade est revenue sur le devant de la scène politique pour annoncer sa candidature à la présidentielle et la création dans la foulée de son mouvement La France qui ose. Et c’est peu de dire que le nom a été choisi à l’image de sa fondatrice. Très faible dans les sondages, elle avait proposé aux Républicains de rallier sa candidature après l’affaire Fillon.

Après l’élection d’Emmanuel Macron à la présidence de la République, dimanche 7 mai, Rama Yade a encore une fois *osé*. Invitée de France 2, l’ancienne secrétaire d’État de Nicolas Sarkozy, qui n’a pas obtenu les parrainages pour concourir à l’Élysée, a posé ses conditions pour un soutien à Emmanuel Macron. Elle a déclaré :

 

"

- Rama Yade : Je voudrais souligner l’exploit exceptionnel, au point qu’on peut pas dire qu’il y est arrivé tout seul. Il a eu manifestement beaucoup d’aide, beaucoup de soutiens qui lui ont permis d’en arriver là. Ce que nous n’avons pas, nous autres de la même génération, eu la chance d’avoir. Je voudrais saluer la performance personnelle. Néanmoins, si c’est un renouveau générationnel, j’attends encore de savoir si ce sera un renouveau politique. [...] Nous avons bien des chantiers, notamment cette France des oubliés, cette France populaire qui ne se sent pas représentée. Au-delà de l’audace réformatrice de la France d’en haut, je crois qu’il est important de prendre en compte la question de l’ascenseur social.



- Journaliste : Vous pourriez travailler avec Emmanuel Macron ?



- Rama Yade : Je ne suis pas quelqu’un qui fonctionne par opportunisme mais en fonction de mes convictions. Si je pense qu’Emmanuel Macron fait des choses positives pour notre pays, je le soutiendrai. Si je pense qu’Emmanuel Macron fait des choses qui ne sont pas dans l’intérêt du pays, je le dirai également. [...] Je réserve ma réponse.

"

 

Celle qui sera candidate aux législatives ne dit pas quand prendra fin ce suspense. Notons qu’Emmanuel Macron semble finalement avoir rempli le critère de "l’équilibre psychologique" qu’elle voulait instaurer, sous-entendant que son rival était peut-être un peu fou.

Du rab sur le Lab

PlusPlus