Rama Yade publie dans son livre des SMS énamourés de journalistes

Publié à 21h25, le 04 octobre 2013 , Modifié à 16h24, le 05 octobre 2013

Rama Yade publie dans son livre des SMS énamourés de journalistes
Rama Yade, le 23 mars 2009. (MaxPPP)
Image Paul Larrouturou

Par

MEILLEURES FADETTES - Rama Yade, ancienne secrétaire d'État aux Droits de l'Homme puis aux Sports de Nicolas Sarkozy publie cette rentrée ses Carnets du pouvoir 2006-2013 (Editions du Moment). Le journal intime d’une ambitieuse grande gueule. Une chronologie de 435 pages garanties sans filtre ajouté. La chronique détaillée de son lobbying pour devenir ministre et le rester, agrémentée de larges extraits de sa correspondance privée. 

Rama Yade a une plume moins littéraire que celle de Bruno Le Maire, un autre ancien ministre sarkozyste, auteur d’un livre au titre voisin, les Jours de Pouvoir (Gallimard). Ces Carnets du Pouvoir ont une particularité inédite, à cette échelle, de mémoire de Lab. Celle de publier les SMS émis par ses correspondants. Dont de nombreux journalistes. Noms à l'appui.

Voici donc une sélection non exhaustive des messages de soutien reçus en décembre 2008 par Rama Yade au moment où son ministre de tutelle, Bernard Kouchner, considère qu’il a eu “tort de demander un secrétariat d’état aux Droits de l’Homme” 

  

Les journalistes concernés et leur rédactions apprécieront.

> Marie-Françoise Colombani, éditorialiste au magazine Elle

“Ras le bol des machos transfuges. Je vous embrasse.” 

> Thomas Legrand, journaliste, à l’époque à RTL, aujourd’hui à France Inter

"La tronche d’Hortefeux quand tu as dit non aux européennes. T’as tenu bon, chapeau !"

> Elisabeth Chavelet de Paris Match

"Vous êtes formidable. Espère que notre sondage de personnalités le dira lundi. Amitiés." 

> Audrey Pulvar, alors à France 3

"Avec des amis comme BK, pas besoin d’ennemis".

> Nicolas Domenach, journaliste à Marianne

"J’avais aimé Le Grand Jury. J’ai détesté le tout petit Kouchner. Meilleures pensées."

> Alain Auffray, Libération

“Bravo à vous d’oser cette ambition décomplexée. Très bonne émission hier. “

[Edit 5 octobre] Alain Auffray qui tient à préciser la nature "ironique" de son message :





> Ruth Elkrief, journaliste à BFMTV 

“Nombreuses réactions autour de moi. Rama Yade courageuse, très politique. Amitiés”.

- Plantu, dessinateur au Monde

"Je pense à vous et je vous embrasse".

Ce n’est pas fini. Le 17 décembre 2008, suite à un entretien de plus de deux heures avec le journaliste de Marianne, Eric Decouty, Rama Yade explique à ses lecteurs avoir reçu le SMS suivant : 

Je vais préparer à la rentrée un portrait dans les conditions dont nous avons parlé. Je regrette cependant que le journalisme ne porte que l’écume de la réalité car les sujets que vous avez évoqués ce matin méritent plus et mieux que quelques feuillets ou quelques pages de magazine. Respectueusement.

Le 20 décembre 2008, l’opération portes-ouvertes continue dans le téléphone de la ministre :

> Anita Hausser, à l’époque chef du service politique de LCI

“Je voulais vous faire part de toute ma sympathie et de mon indignation devant certains propos tenus sur la diversité. Ce ne sont pas des manières de parler. Courage dans la nasse”. 

> Perrine Tarneaud de Public Sénat

“Tu as tout le soutien d’une grande blonde dans ce monde macho ! Tiens bon. Ta tenue et ton courage sont exemplaires. Je t’embrasse.” 

  

Le téléphone de Rama Yade ne sert pas seulement à recevoir des SMS. Début janvier 2010, elle indique avoir reçu un coup de fil de Marc-Olivier Fogiel, à l’époque animateur de la matinale d’Europe 1 :

Il me dit être en escale dans un pays du Moyen-Orient : “Je viens de croiser un ami photographe qui m’a dit avoir planqué aux Seychelles pendant une semaine pour vous photographier. Il a dû attendre la fin de la pluie mais il a pu prendre ses photos”, me raconte-t-il. Branle-bas de combat. On appelle notre avocate pour empêcher cette violation de notre vie privée. 

Mais Rama Yade ne fait pas qu’étaler ses amitiés journalistiques. Elle tape. Beaucoup. Sur ses adversaires politiques en premier lieu. Ses ministres de tutelle, Bernard Kouchner puis Roselyne Bachelot, ne ressortent pas grandis. Les conseillers de Nicolas Sarkozy, Catherine Pégard et Jean-David Levitte, non plus. Nadine Morano, Rachida Dati et Jean Sarkozy ne sont pas épargnés. 

  

Les journalistes en prennent également pour leurs grades. Après la vague de SMS énamourés, le lecteur découvre tout un stock de grenades :

> Pascale Clark, la voix off de l'émission “En aparté” sur Canal Plus, depuis sur France Inter ? "Elle enfile les clichés".

> On a tout essayé de Laurent Ruquier ? "L'émission la plus antisarkozyste du PAF". 

> Daniel Schneidermann ? "Il ne respecte pas le OFF". 

> Jacques Follorou du Mondequi l'a interviewé sur le Tibet au moment de l’ouverture des Jeux Olympiques en avril 2008 ? Il a fait preuve d'une "légereté coupable" et s’est "servi [d'elle] pour vendre du papier" dans une retranscription d’interview “truffée d’erreurs”.

> Etienne Mougeotte, à l’époque patron du Figaro ? Un "grand courtisan""serré dans son nœud papillon". “Un patron de journal respectable pris en flagrant délit de manipulation outrancière. Encore une fois.”

> Et Anne Rovan, également du Figaro ? "Cette femme est méchante [...] comme d'hab, elle a été intoxiquée par l'Elysée." 

> Alain Duhamel ? “Il n’aime pas les femmes, les jeunes, etc… Sous prétexte qu’il commentait les discours de René Coty. Pffff…. C’est comme ça qu’il n’avait pas vu venir Royal en 2006”.

> Claude Sérillon, encore dans "Vivement Dimanche", sur France 2, pas encore conseiller de François Hollande ? "Pas sympa du tout". 

> Frédéric Haziza de La Chaine Parlementaire ? “Le journaliste qui aime bien avoir des dépêches après ses émissions. Je lui demande de se calmer et de ne rien instrumentaliser”.

[Bonus track]

Rama Yade ne se contente pas de rendre public les SMS qu’elle a reçu. Elle livre aussi ceux des autres en racontant que Carla Bruni lui a confié lors d’un déjeuner, le 19 mars 2009, que Cécilia Attias avait envoyé le SMS “Tu es jaloux de moi et Richard” à Nicolas Sarkozy.

 

Du rab sur le Lab

PlusPlus