Robert Ménard écrit aux députés pour leur demander de déposer une proposition de loi sur les statistiques ethniques

Publié à 13h15, le 11 mai 2015 , Modifié à 13h15, le 11 mai 2015

Robert Ménard écrit aux députés pour leur demander de déposer une proposition de loi sur les statistiques ethniques
Robert Ménard © PASCAL GUYOT / AFP

DOCUMENT – Une semaine après, Robert Ménard n'abandonne toujours pas. Après avoir subi les foudres de la classe politique, conséquence directe de sa sortie dans l'émission Mots Croisés où il admettait avoir établi des statistiques ethniques d'élèves de Béziers en fonction de leurs prénoms. "Pardon de vous dire que les prénoms disent les confessions. On ne va pas nier l'évidence. Si vous vous appelez Mohammed, c'est que vous êtes...", s'était défendu le maire de Béziers élu en 2014 avec le soutien du Front national.

La semaine dernière, Robert Ménard se disait RA-VI d'avoir ouvert le débat sur les statistiques ethniques. Il poursuit donc sur sa lancée ce lundi 11 mai. Le premier édile biterrois vient d'écrire aux députés pour leur demander "de créer les conditions d'un débat parlementaire en déposant une proposition de loi visant à libéraliser les statistiques ethniques lorsque la connaissance de celles-ci participe de l'établissement des politiques publiques".

Pour étayer sa demande, Robert Ménard commence par se dédouaner, expliquant qu'il n'est certainement pas le seul maire de France à compiler les élèves de la sorte. Il dit :

Il existe dans toutes les communes un listing des élèves. Qui peut imaginer qu'aucun maire ne les compulse jamais à aucun moment de son mandat ? […] Je ne peux imaginer que je sois le seul maire de France qui ait procédé à un tel calcul. Mais, assurément, je suis le seul à l'avoir dit.

 

Voici l'intégralité de la lettre de Robert Ménard aux députés :



Et le maire de Béziers d'ajouter que Manuel Valls himself a souhaité lutter contre "l'apartheid social" en vigueur dans certains quartiers de France et de Navarre. Il rappelle également qu'en 2009, le député Valls "déclarait publiquement vouloir déposer une proposition de loi permettant la mise en place de statistiques ethniques".

Si même Manuel Valls était de son côté, Robert Ménard ne voit donc pas pourquoi il s'interdirait d'alimenter le débat. D'autant que le maire de Béziers bénéficie du soutien du FN. Enfin presque. Le parti est supposé être frontalement opposé à toute statistique ethnique. Pour défendre un maire de leur camp, les représentants frontistes ont donc dû faire quelques compromis avec leurs principes.

Du rab sur le Lab

PlusPlus