Robert Ménard s'indigne de l'invitation du chanteur Black M aux commémorations de Verdun : "la France française ne peut pas l'accepter"

Publié à 18h16, le 10 mai 2016 , Modifié à 10h22, le 11 mai 2016

Robert Ménard s'indigne de l'invitation du chanteur Black M aux commémorations de Verdun : "la France française ne peut pas l'accepter"
Robert Ménard © PASCAL GUYOT / AFP
Image Sylvain Chazot


Beaucoup de choses indignent Robert Ménard : les linges étendus aux fenêtres dans le centre de Béziers, la multiplication des restaurant kebabs, le caca de chien, le nombre d'enfants musulmans dans les écoles et dont on sait qu'ils sont musulmans vus leurs prénoms, etc. (liste non-exhaustive).

Ce mardi 10 mai, l'édile biterrois élu avec le soutien du Front national, s'insurge contre l'invitation, le 29 mai, du chanteur Black M aux commémorations du centenaire de la bataille de Verdun. Robert Ménard s'en est d'abord ému via une série de tweets, expliquant que cette venue était "insupportable et indécente pour la mémoire des 300.000 soldats tombés là-bas".





Il a poursuivi en notant que l'ancien groupe de Black M Sexion d'Assaut "n'aurait pas tenu une minute à la place des paysans français".





Il a terminé en faisant un rapprochement avec l'affaire qui secoue depuis lundi la classe politique, estimant qu'inviter Black M à Verdun, c'est un peu comme nommer Denis Baupin "parrain de la journée de la femme".





Cette indignation du jour signée Robert Ménard cache autre chose que le maire de Béziers explique au Lab. Son argumentaire tient en deux points.

Le premier argument vise le rap dans son ensemble. Selon Robert Ménard, le rap, c'est mal. Du moins, ça "ne saurait représenter toutes [les] jeunesses" de la France. Car, dans l'esprit de l'élu, rap = immigrés. Il dit :

Cette idée d'un concert de rap est bien le reflet d'une réécriture de l'histoire de France que met en place l'idéologie de gauche depuis des années sous la pression des lobbys immigrés. […] Je demande solennellement à François Hollande de renoncer à cette provocation. Je demande à tous ceux dont un ancêtre est mort dans cette guerre de protester contre cette profanation de la mémoire et, symboliquement, ce viol de l'histoire. Il y a des limites au supportable que la France française peut accepter.

Observons le choix des mots : si on résume, un concert de Black M lors des commémorations de Verdun est, pour l'édile biterrois :

  1. 1

    une "provocation"

  2. 2

    une "profanation de la mémoire"

  3. 3

    un "viol de l'histoire"

  4. 4

    quelque chose que "la France française [ne] peut accepter". On ignore cependant ce qu'entend Robert Ménard par "France française".

  5. 5

    un nouvel exemple de "réécriture de l'histoire de France" dicté par les "lobbys immigrés"

L'élu explique en revanche que "les soldats de 14-18 étaient pour l'essentiel des paysans et des ouvriers de France" et que, en plus, "les troupes coloniales ont eu en pourcentage moins de pertes que ces troupes de métropole". À noter que "près de 700.000 hommes des colonies ont été mobilisés dans l’Empire" durant la Première Guerre mondiale, écrit l'historien Gilles Manceron.

Le deuxième argument de Robert Ménard concerne Black M en particulier. Le maire de Béziers envoie par mail au Lab des paroles de chansons comme ce "les youpins s'éclatent et font des magasins" tirées de Dans ma rue, une reprise d'un ancien tube de Doc Gyneco.

Il y a aussi cet extrait de Mme Pavoshko : "À une époque, j'voulais me procurer un Smith & Wesson. Une petite voix me chuchotait : 'vas-y ! Tire sur l'école ! Ça fera une petite anecdote, la directrice, elle est conne !'". Une chanson dans laquelle le rappeur s'adresse à son ancienne directrice d'école et explique que non, il n'est "pas en prison ou à l'hosto" mais "fait des hits" et que ses "gosses le kiffent".

"Black M a été boycotté par les médias belges pour ces chanson jugées antisémites, ajoute Robert Ménard. Et c'est cet énergumène que François Hollande veut faire chanter à Verdun ? C'est cela le message de Hollande à la jeunesse de France ? C'est tirer sur les directrices d'école, le programme de Najat Belkacem [il ne dit pas Najat Vallaud-Belkacem, ce qui est pourtant son nom, ndlr] ?"

De fait, Black M a été boycotté de radios belges en 2015. "Ce mot [youpin, ndlr] est extrêmement offensif pour les personnes de confession juive. Il fait encore aujourd'hui partie du lexique employé par l'extrême droite la plus violente", avait à l'époque réagi le président de la Ligue belge contre l'antisémitisme Joël Rubinfeld.

La chanson Mme Pavoshko, totalement sarcastique, n'avait en revanche pas soulevé de grandes réprobations. 

[EDIT 19h35] Communiqué de Marion Maréchal -Le Pen et Stéphane Ravier demandant la déprogrammation du concert de Black M

Dans un communiqué, la députée du Vaucluse Marion Maréchal-Le Pen et le sénateur des Bouches-du-Rhône Stéphane Ravier s'indignent de cette programmation. Les deux parlementaires FN dénoncent le choix d'un "rappeur" et expliquent : 

Dans la chanson "Désolé", ce même "Black M" qualifie la France de "pays de kouffars", terme très péjoratif signifiant "mécréant", utilisé dans la propagande anti-occidentale de Daesh.  Il est inconcevable qu'un "artiste" qui insulte aussi violemment la France participe à un quelconque événement officiel de commémoration de notre Histoire nationale et d'hommage à nos combattants.

Ils demandent l'annulation immédiate de la programmation du chanteur.



[EDIT 11/05] 

Plusieurs autres frontistes ont réagi à la venue de Black M, dont Florian Philippot :





Le Collectif Culture du Front national a quant à lui rédigé un communiqué dans lequel il dénonce, comme il l'a fait précédemment, l'invitation donnée au chanteur. Le collectif  écrit : 



Au-delà de la trahison faite à notre histoire, c’est l’avenir que François Hollande met en danger en promouvant, par pure démagogie électoraliste, l’infraculture islamo-racaille francophone de masse. Non, tout ne se vaut pas. Non, tout ne va pas avec tout. Le rap de Black M, glorifiant le machisme débile, l’économie parallèle et la haine de la France, est incompatible avec l’hommage solennel qui doit être rendu aux combattants français.

Pour le Collectif culture, la venue de Black M à Verdun sert donc tout simplement la promotion de "l’infraculture islamo-racaille francophone de masse". Le parti aurait préféré, par exemple, Maurice Ravel, qui "était engagé lors de la Première guerre mondiale"

Du rab sur le Lab

PlusPlus