"Ecole maternelle". Cette façon d'appeler l'école des 2 à 6 ans ne plaît pas à Sandrine Mazetier, députée socialiste de Paris. Dans une question écrite au gouvernement elle propose de revoir cette terminologie qu'elle juge sexiste. 

Dans la question qu'elle adresse à Vincent Peillon, la vice-présidente de l'Assemblée nationale explique que ce terme renvoie très directement aux femmes : 

Cette dénomination institutionnelle laisse entendre que l'univers de la petite enfance serait l'apanage des femmes et véhicule l'idée d'une école dont la fonction serait limitée à une garderie. 

Résultat, alors que le gouvernement présente et défend la réforme sur la "refondation de l'école", Sandrine Mazetier propose : 

Remplacer ce nom genré par un nom neutre redonnerait symboliquement aux pères la place qui leur revient dans l'éducation de leur enfant, et repositionnerait l'école dans son rôle éducatif différent de celui des parents. "L'école maternelle" pourrait être rebaptisée "première école", ou encore « école élémentaire » si l'école couramment appelée primaire destinée aux 6-11 ans prenait officiellement le nom "d'école primaire". 

Dans la catégorie des réformes lexicales, Michèle Delaunay, ministre déléguée aux personnes âgées avait déjà fait ses propositions. Dans un billet de blog, elle estimait qu'il vaut mieux dire "avancer en âge" plutôt que "vieillir", mais elle aimerait également qu'on adopte "monter en amour" plutôt que "tomber amoureux". 

Du rab sur le Lab