Les saillies cinglantes de Moscovici contre Valls, Montebourg et Cazeneuve : "Sarkozy est intelligent. Pas Manuel"

Publié à 20h27, le 29 mars 2016 , Modifié à 09h35, le 30 mars 2016

Les saillies cinglantes de Moscovici contre Valls, Montebourg et Cazeneuve : "Sarkozy est intelligent. Pas Manuel"
Pierre Moscovici © AFP
Image Sébastien Tronche


Quand les journalistes politiques décident de briser le off et de dévoiler les confidences que leur ont fait certains élus ou ministres, ça déménage. C'est notamment le cas avec le livre à paraître le 6 avril d'Anna Cabana, Quelques minutes de vérité (ed. Grasset). Dans cet ouvrage qui met au grand jour quinze ans de carnets et de notes, la journaliste du Point révèle 28 moments qui racontent des personnalités aussi diverses qu'Alain Juppé, Manuel Valls ou Nicolas Sarkozy (mais aussi des non-politiques comme Patrick Bruel, Bernard Tapie ou Cécilia Sarkozy).

Comme révélé par le JDD, dimanche 27 mars, Anna Cabana livre les cinglantes saillies de Pierre Moscovici, ex-ministre de l'Economie devenu commissaire européen, sur ceux qui étaient alors ses petits camarades au gouvernement. Au premier rang desquels un homme qui allait devenir Premier ministre : Manuel Valls. Et l'avis de l'ancien directeur de campagne de François Hollande est sans appel sur l'ancien ministre de l'Intérieur.En marge d'un voyage présidentiel de François Hollande en Israël, en novembre 2013, Pierre Moscovici, le moral un peu dans les chaussettes du fait des rumeurs qui insistent sur le mécontentement présidentiel à son égard, juge que Nicolas Sarkozy est plus intelligent que Manuel Valls :

On le compare à Sarkozy. Sarkozy, lui, est intelligent. Pas Manuel.

Ambiance. L'intéressé sera ravi de l'apprendre. Mais le Premier ministre pourra fulminer contre Pierre Moscovici en compagnie de Bernard Cazeneuve, qui lui aussi en prend pour son grade. Toujours dans Quelques minutes de vérité, on apprend toute l'estime que porte Pierre Moscovici au premier flic de France, "un fayot" :

Un fayot qui passe son temps dans le bureau du Président.

Des forfanteries qui ont fait de Bernard Cazeneuve le ministre le plus amovible du quinquennat de François Hollande jusqu'à ce qu'il se stabilise place Beauvau.Enfin, lors de ce voyage en Israël, Pierre Moscovici ne manque pas de se payer celui qui est alors son meilleur ennemi de Bercy avec qui il entretient une relation pour le moins tendue : Arnaud Montebourg. Et l'exilé bruxellois qui se voit dans la course pour la présidentielle de 2022 de dire tout le *bien* qu'il pense de celui qui se prépare pour 2017 :

Un type incontrôlable qui est le chouchou des médias.

En quelques confidences israéliennes de 2013 révélées en 2016, voilà Manuel Valls, Arnaud Montebourg et Bernard Cazeneuve rhabillés pour le printemps. Ou comment faire d'une pierre (Moscovici) trois coups.

Du rab sur le Lab

PlusPlus