Ségolène Royal sonne la rentrée de Désirs d'avenir

Publié à 17h18, le 17 mars 2013 , Modifié à 17h34, le 17 mars 2013

Ségolène Royal sonne la rentrée de Désirs d'avenir
Ségolène Royal en octobre 2012. (Francois Lafite-MaxPPP)

RENTREE UNIVERSITAIRE - Hasard du calendrier ? Dans un Indiscret du Journal du Dimanche, Jean-Louis Bianco, fidèle parmi les fidèles de l'ancienne candidate à la présidentielle, annonce que Ségolène Royal va désormais (ré)assister aux universités populaires participatives de Désirs d'avenir, son club de soutien.

Une information qui intervient le lendemain de la critique du gouvernement émise par Ségolène Royal sur son compte Twitter.

Regrettable suppression du droit pour des jeunes de14à15ans de se former par alternance.Idéologie dépassée vu la gravité de l'échec scolaire

— Ségolène Royal (@RoyalSegolene) 16 mars 2013

La première de ses universités se tiendra en avril à Paris, sur la question de la réforme bancaire et des paradis fiscaux.

On a laissé passer un peu de temps après l'élection.

Nous sommes en soutien du gouvernement mais on arrive dans une phase où l'on peut se projeter dans l'avenir.

Une justification pour le moins sybilline, et que la dernière critique du gouvernement éclaire d'un jour différent.

Ségolène Royal cherche-t-elle à marquer sa distance d'avec le gouvernement ? La candidate du PS en 2007 entend en tout cas peser à gauche.

Elle n'avait pas hésité à critiquer, en l'espace d'une semaine deux ministres qu'elle a pourtant compté parmi ses fidèles.

Ségolène Royal a en effet fustigé la réforme "pas prioritaire" du ministre de l'Education Vincent Peillon et le projet de taxation sur le diesel de Delphine Batho, ministre de l'Ecologie.

Du rab sur le Lab

PlusPlus