Selon Edouard Philippe, le "dernier endroit" où Benoît Hamon a de l’influence est le syndicat étudiant Unef

Publié à 07h50, le 01 novembre 2017 , Modifié à 08h08, le 01 novembre 2017

Selon Edouard Philippe, le "dernier endroit" où Benoît Hamon a de l’influence est le syndicat étudiant Unef
Montage Le lab © @afp
Image Aurélie Marcireau


La jeunesse dans la rue est une des grandes craintes des gouvernants illustrée par cette formule connue de tous les ministres de l’Education : "Les lycéens, c’est comme le dentifrice : quand ils sont sortis du tube, on ne peut plus les faire entrer." Une formule à laquelle Edouard Philippe devait penser quand il a expliqué à des visiteurs, selon des propos rapportés par le Canard enchaîné du 1er novembre :

Je n'ignore pas que le mouvement étudiant-lycéens peut être le pire cauchemar. 

Pour l’instant, la jeunesse n’a pas franchement répondu aux appels de Jean-Luc Mélenchon. Après l’été, il invitait étudiants et lycéens à descendre dans la rue contre la réforme du droit du travail. Un appel renouvelé le week-end dernier depuis Athènes. Le 29 octobre, il estimait qu’Emmanuel Macron avait remporté la partie mais que si les jeunes se mobilisaient, les choses pouvaient changer.

Mais sur ce sujet, ce n’est pas Jean-Luc Mélenchon qui inquiète le Premier ministre. Non, c’est plutôt Benoît Hamon. Toujours dans Le Canard enchaîné du 1er novembre, le Premier ministre analyse :

Je sais aussi que l’Unef est le dernier endroit où Benoît Hamon a de l’influence et qu’il faut donc se méfier.

Passé par l’Unef et les MJS (jeunes socialistes), l’ex-candidat à la présidentielle pour le PS a longtemps eu la réputation d’avoir encore de larges réseaux au sein du syndicat étudiant proche du PS. En avril dernier, L’Humanité indiquait que le mouvement était "tiraillé" entre Mélenchon et Hamon.

On ne sait pas si cette influence est toujours réelle mais, sachez-le, Edouard Philippe est sur ses gardes.

Du rab sur le Lab

PlusPlus