Sénatoriales : "mettre la tronche de Macron sur la profession de foi ne suffira pas", estime Patrick Kanner (PS)

Publié à 07h29, le 23 août 2017 , Modifié à 07h29, le 23 août 2017

Sénatoriales : "mettre la tronche de Macron sur la profession de foi ne suffira pas", estime Patrick Kanner (PS)
© AFP
Image Amandine Réaux


La rentrée s’annonce compliquée pour la majorité. Pas seulement à cause des mouvements sociaux relatifs à la réforme par ordonnances du Code du travail. Les sénatoriales sont aussi source de préoccupation. L’objectif, un groupe de "45 à 50 sénateurs" selon François Patriat au Figaro ce mercredi 23 août, a déjà été revu à la baisse par rapport aux prévisions initiales de 60 élus.

Et pour ce scrutin, La République en marche (LREM) ne dupera pas les électeurs deux fois de suite, avertit Patrick Kanner au quotidien. L’ancien ministre de la Ville, tête de liste PS dans le Nord, balance :

Le fait de mettre la tronche de Macron sur la profession de foi, cette fois, ne suffira pas.

Lors des législatives, de nombreux candidats inconnus au bataillon avaient été élus sous l’étiquette LREM, aidés par la présence du visage d’Emmanuel Macron sur leurs affiches de campagne. "Même une chèvre aux couleurs d'En Marche serait élue !", avaient raillé de nombreux détracteurs pendant cette campagne. Une méthode qui avait même conduit le sénateur LR Michel Vaspart à proposer d’interdire la présence d’une autre personne que le candidat sur les affiches électorales, sous prétexte que cela "diminue l’indépendance du pouvoir législatif".

Or ce scrutin est différent. Échaudés par la baisse des crédits aux collectivités locales, la suppression de la taxe d'habitation ou la fin des emplois aidés, les grands électeurs pourraient majoritairement se porter sur d'autres partis. "Il y a un effort de pédagogie à faire, mais les LR et le PS ne vont pas se gêner pour taper sur la baisse des dotations", craint encore François Patriat auprès du Figaro.







À LIRE SUR LE LAB :

Un sénateur LR veut interdire "la présence d’une autre personne que le candidat" sur les affiches électorales

L'étrange timing de l'annonce de candidature aux sénatoriales de Patrick Kanner

Du rab sur le Lab

PlusPlus