Sens commun, l'UNI et la Droite forte s'unissent pour peser sur la primaire de la droite

Publié à 18h44, le 30 mars 2016 , Modifié à 18h44, le 30 mars 2016

Sens commun, l'UNI et la Droite forte s'unissent pour peser sur la primaire de la droite
© montage via AFP
Image Sylvain Chazot


Les candidats à la primaire de la droite ont beau se multiplier, certains ne s'estiment toujours pas représentés. C'est le cas de Guillaume Peltier, Madeleine de Jessey, Sébastien Pilard  et Olivier Vial. Leurs noms ne vous disent peut-être pas grand-chose. Les mouvements qu'ils représentent, en revanche, ont beaucoup fait parler d'eux : la Droite forte, Sens commun, et le syndicat étudiant UNI.

Ces trois organisations ont décidé de s'unir sous une même bannière, Horizon, annonce dans son numéro du 31 mars Valeurs Actuelles. L'objectif ? Peser sur la primaire où, pensent-ils, personne ne partageant leurs idées très très conservatrices ne semble vouloir se présenter.

Le mouvement entend donc se prononcer sur la famille, l'Europe, l'éducation, l'identité, etc. Sens commun étant une émanation de la Manif pour tous, on imagine aisément leur positionnement sur ces sujets...

Valeurs Actuelles se fait plus précis. "Ils incarnent cette droite qui lit Zemmour, Villiers et Tillinac, qui discute avec Patrick Buisson, Charles Beigbeder ou Ludovine de La Rochère, qui faute de grives – une candidature Guaino ou Wauquiez à la primaire, un temps espérée -, s'apprête, sans plaisir, à manger les merles Sarkozy, Jupé, Fillon ou Le Maire", écrit l'hebdomadaire.

Cette droite réac', échaudée en partie par les revirements de certains sur la mariage pour tous, n'entend donc pas rester dans son coin pour la primaire. Le président de l'UNI Olivier Vial annonce dans Valeurs Actuelles :

Il faut qu'on soit les porte-parole de cette majorité silencieuse.

Mais la primaire n'est pas le seul objectif. En 2017 auront lieu les élections législatives. Et si Horizon n'a pas de candidat pour la primaire en vue de la présidentielle – ils ne soutiendront personne avant la date limite de dépôt des candidatures – le mouvement entend bien peser sur les investitures pour les législatives. "Il est temps de nous écouter un peu mieux. Et pour nous, il est temps d'arrêter de courber la tête", annonce Madeleine de Jessey, porte-parole de Sens Commun.

À noter que cette annonce survient au lendemain de l'annonce par Geoffroy Didier de sa candidature à la primaire de la droite. L'élu d'Île-de-France est justement l'un des fondateurs de… la Droite forte. Horizon va-t-il faire du presque quadragénaire son poulain ? 

Du rab sur le Lab

PlusPlus