Si Emmanuel Macron n'a toujours pas vu François Hollande à l'Élysée, c'est parce qu'il l'a déjà trop vu par le passé

Publié à 06h55, le 25 octobre 2017 , Modifié à 06h55, le 25 octobre 2017

Si Emmanuel Macron n'a toujours pas vu François Hollande à l'Élysée, c'est parce qu'il l'a déjà trop vu par le passé
Emmanuel Macron et François Hollande à l'Élysée © Eric FEFERBERG / AFP
Image Sylvain Chazot


Emmanuel Macron soigne ses prédécesseurs à l'Élysée. Dès juillet, il a ainsi reçu au palais présidentiel Nicolas Sarkozy et son épouse Carla Bruni. "L'histoire du dîner entre couples début juillet à l'Élysée, c'était quand même bien joué. Nicolas [Sarkozy] s'est senti flatté", a ainsi commenté un proche de l'ancien chef de l'État au Parisien, dimanche. Malin Macron.

Le président de la République s'est également entretenu récemment avec Valéry Giscard d'Estaing et Jacques Chirac. Bref, Emmanuel Macron a vu tous les Présidents de la 5e, hormis les disparus. Tous ? Non. Pas tous : François Hollande manque toujours à l'appel des anciens chefs de l'État ayant eu droit aux considérations d'Emmanuel Macron. Et apparemment, ce n'est toujours pas prévu, exception faite de la réception organisée après l'obtention des J.O. 2024 par Paris.  

Cité par Le Canard Enchaîné ce mercredi 25 octobre, Emmanuel Macron a répondu ceci à l'un de ses proches qui lui demandait pourquoi il voyait tous les anciens Présidents à l'exception du dernier :

Sarkozy et Giscard, je ne les ai pas beaucoup vus, tandis que Hollande, je l'ai beaucoup vu, et pendant très longtemps.

C'est un fait que certains ont peut-être oublié tant les deux hommes semblent aujourd'hui se mépriser mais Emmanuel Macron fut pendant deux ans secrétaire général adjoint de l'Élysée. Puis il fut, pendant deux autres années, ministre de l'Économie.

Las, aujourd'hui rien ne va plus entre les deux Présidents, l'actuel et l'ancien. Un exemple parmi d'autres : Emmanuel Macron a plusieurs fois critiqué François Hollande, sans le nommer toutefois, lors de son interview télévisée sur TF1 et LCI mi-octobre. L'intéressé a fait savoir à quel point cela lui avait déplu. Et le lendemain, depuis Séoul, il a longuement critiqué la politique fiscale de son successeur.

Bref, entre les deux, c'est compliqué. Et il faudra sûrement plus d'un rendez-vous à l'Élysée pour arrondir les angles. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus