SON – Le secrétaire d'État Benjamin Griveaux persuadé que les névrosés aux "passions tristes" manifesteront avec Mélenchon

Publié à 11h56, le 11 septembre 2017 , Modifié à 12h06, le 11 septembre 2017

SON – Le secrétaire d'État Benjamin Griveaux persuadé que les névrosés aux "passions tristes" manifesteront avec Mélenchon
Benjamin Griveaux © AFP
Image Sylvain Chazot


L'exécutif est sur le front pour défendre l'action du gouvernement, accusé par certains d'avoir mal anticipé l'ampleur de l'ouragan Irma à Saint-Martin et Saint-Barthélemy. Invité de France inter ce lundi 11 septembre, Benjamin Griveaux profite également de l'occasion pour s'en prendre à Jean-Luc Mélenchon et aux opposants qui manifesteront à ses côtés le 23 septembre prochain. Cela vous semble compliqué et vous avez du mal à voir le lien entre les deux sujets ? Démonstration.

Benjamin Grivaux évoque d'abord les différentes réponses apportées aux dégâts causés par Irma. Il parle notamment de l'initiative Les artisans du cœur. "Ils vont emmener une centaine d'artisans, bénévoles, métropolitains, pour aller faire les réparations du quotidien, l'électricité, les toitures, bref ce qui permettra aussi sur le terrain d'améliorer le quotidien des personnes qui ont eu à subir ces événements terribles", raconte-t-il. Puis, quelques minutes plus tard, un auditeur pose une question à Benjamin Griveaux. "Suis-je le seul à trouver choquant que votre invité propose comme seule réponse à une catastrophe naturelle le recours aux bénévoles ?" interroge ce dénommé Antioche.

Voilà qui énerve fortement le secrétaire d'État. "Je vais vous dire ce que je trouve choquant c'est que, dans ce pays, quand on a des gens qui font preuve de solidarité et de générosité, qui disent que, bénévolement, ils veulent aller filer un coup de main à des gens qui sont dans le plus grand dénuement, ça choque vos auditeurs. Eh bien moi, je suis content que dans ce pays, on puisse encore être généreux et solidaire", commence-t-il avant de viser sans détour une partie des manifestants contre la réforme du code du travail :

Je laisse ceux qui sont confrontés à leurs passions tristes, et manifestement cet auditeur et certains de vos auditeurs le sont, à leurs passions tristes. S'ils ne sont pas capables de tendre la main à leurs voisins sur le territoire national quand il y a une catastrophe de cette ampleur, j'en suis triste pour eux et je les laisse à leur névrose. J'imagine qu'ils seront dans la rue avec Jean-Luc Mélenchon le 23 [septembre].

Un instant isolé par le Lab à écouter ci-dessous :



Difficile pour Benjamin Griveaux de nier, cette fois, que ce ne sont pas les manifestants contre la réforme du droit du travail qui sont spécifiquement visés. Ou en tout cas une partie. Car les mots du secrétaire d'État font forcément écho à ceux d'Emmanuel Macron, vendredi 8 septembre.

Le chef de l'État a assuré que lui Président, il ne céderait rien "ni aux fainéants, ni aux cyniques, ni aux extrémistes". Depuis, la majorité tente d'éteindre l'incendie et d'assurer que ce sont les gouvernants des 30 dernières années qui n'ont "pas fait" qui sont visés, pas les Français. C'est exactement ce qu'a répété Benjamin Griveaux ce lundi 11 septembre.

C'était juste avant qu'il se s'en prenne aux névrosés... 

Du rab sur le Lab

PlusPlus