Souffrance animale : Stéphane Le Foll dénonce les pressions de Brigitte Bardot et de L214 à son égard

Publié à 08h27, le 01 juillet 2016 , Modifié à 08h33, le 01 juillet 2016

Souffrance animale : Stéphane Le Foll dénonce les pressions de Brigitte Bardot et de L214 à son égard
Stéphane Le Foll © Capture d'écran RTL

Stéphane Le Foll n'est pas que le porte-parole du gouvernement ou le coordinateur du mouvement Eh oh la gauche ! Il est aussi – et surtout – ministre de l'Agriculture. Ce qui, comme lorsqu'il faut vanter l'action de l'équipe gouvernementale ou louer le bilan du quinquennat, n'est pas choses aisée.

Stéphane Le Foll est ainsi confronté à un énième scandale de maltraitance dans deux abattoirs français. Deux établissements, ceux de Pézenas (Hérault) et du Mercantour (Alpes-Maritimes) sont visées par les investigations de l’association L214 et sont accusés de maltraiter les animaux dont ils ont la charge.

Comme n'importe qui, le ministre de l'Agriculture est profondément choqué par ces images cruelles. Mais, invité de RTL ce vendredi 1er juillet, Stéphane Le Foll rappelle qu'il a fait en sorte que la maltraitance soit un délit dans un abattoir, pour le salarié et le responsable. Il ajoute qu'il a un plan sur le bien-être animal qui couve depuis 2014 et qu'il n'a "pas attendu les images de L214" pour agir. Voilà qui est dit. Voilà qui est fait. Ce qui amène Stéphane Le Foll, aussi appelé le Jean-Pierre Bacri de la politique pour son côté bougon, à dénoncer les pressions de Brigitte Bardot à son égard :

"

Quand je reçois une lettre de la part de Brigitte Bardot, pour laquelle j'ai beaucoup de respect, mais qui me traite de ministre de la Souffrance, alors que moi, la souffrances des agriculteurs, les crises que je rencontre, le bien-être animal, tout ça, ça fait partie de ma responsabilité. Je n'accepte pas d'être mis sous pression, comme ça a été le cas avec L214 au salon de l'Agriculture, avec des accusations lamentables.

 

"

Stéphane Le Foll accuse clairement "ces gens" de vouloir "faire disparaître ce qu'a été l'histoire de l'agriculture avec l'élevage".

Il ajoute :

"

Ils ne veulent plus d'élevage, ils ne veulent plus qu'on mange de viande. Donc il faut que maintenant les choses soient dites : on doit régler ce problème du bien-être animal, on doit faire en sort qu'il n'y ait plus ce qu'on a pu voir. Mais on ne peut pas non plus accepter cette pression morale qui s'exerce et en particulier m'envoyant un courrier pour me traiter de ministre de la Souffrance. Je ne l'accepte pas.

 

"

Et Stéphane Le Foll de dénoncer également les dernières images diffusées par L214 qui ne sont pas datées. "Tout semble indiquer qu'elles datent et qu'elles n'ont pas du tout été prises après les contrôles qui ont été faits", s'énerve-t-il.

Jeudi 30 juin, Brigitte Bardot a écrit à Stéphane Le Foll. "Les Français ne supportent plus vos 'bla-bla-bla', ils attendent des mesures concrètes et fermes à la hauteur du poste à responsabilité que vous occupez. Nous ne voulons plus [de] promesses non tenues, nous exigeons des actes", écrit l'ancienne actrice. Elle le présente, cette fois-ci, comme le "ministre de la Souffrance".

En février, après la diffusion d'une vidéo montrant, déjà, des mauvais traitements infligés dans des abattoirs, elle lui avait écrit, le taxant de "ministre des abattoirs abjects, des élevages intensifs, désastreux ministre de la protection animale…". "Vous devriez avoir honte de votre inaction face aux scandales que nous dénonçons et contre lesquels vous ne faites rien", avait écrit Brigitte Bardot, soutien affiché aujourd'hui du FN

Du rab sur le Lab

PlusPlus