Taubira répond aux regrets de Macron sur les "humiliés" de la Manif pour tous : "qui a été humilié ? Celle qu’on traitait de guenon tous les matins ?"

Publié à 08h59, le 22 février 2017 , Modifié à 11h46, le 23 février 2017

Taubira répond aux regrets de Macron sur les "humiliés" de la Manif pour tous : "qui a été humilié ? Celle qu’on traitait de guenon tous les matins ?"
Christiane Taubira à Emmanuel Macron : "c'est tout petit comme attaque, Manu..." © DOMINIQUE FAGET / AFP
Image Victor Dhollande-Monnier

Victor Dhollande-Monnier

Dans son désir de toucher tous les électeurs, Emmanuel Macron avait adressé la semaine dernière un message aux "humiliés" de la Manif pour tous. "Une des erreurs fondamentales de ce quinquennat a été d'ignorer une partie du pays qui a de bonnes raisons de vivre dans le ressentiment et les passions tristes. C'est ce qui s'est passé avec le mariage pour tous, où on a humilié cette France-là", expliquait le candidat d’En marche ! dans une interview à L’Obs, glissant au passage un *petit* scud à François Hollande. Devant les très nombreuses critiques, Macron avait précisé qu'il était "favorable" au mariage pour tous mais qu'il regrettait la méthode. Mercredi 22 février, Christiane Taubira répond à son ancien collègue de gouvernement.

Celle qui a porté la loi sur le mariage pour tous ne mâche pas ses mots. L’ancienne garde des Sceaux rappelle d’abord les attaques à répétition qu’elle a subies dans une interview au journal Le Monde. Elle dit :

"

Qui a été humilié ? Celle qu’on traitait de guenon tous les matins ? Celle qui recevait des menaces de mort ? Celle sur qui on lançait des œufs ? A l’inverse, qu’on trouve un quart de virgule où j’aurais tenu un propos humiliant. Ce n’est pas faute d’en avoir entendus et d’avoir quatre enfants qui, en se levant le matin, les entendaient.

"

Et de poursuivre sur les attaques de la Manif pour tous :

"

Mais je ne compte pas, je fais rempart parce que derrière moi, il y a des gens. Les agressions physiques homophobes, c’est la Manif pour tous qui les a supportées ? Les insultes homophobes, la disqualification de toute famille en dehors de celle avec un papa, une maman, un petit garçon et une petite fille… Ces gamins qui ont entendu qu’on les traitait "d'enfants Playmobil". Elle était dans quel camp, l’humiliation ?

"

Après cette réponse cinglante, l’ancienne ministre de la Justice brocarde le côté "ni gauche ni droite" de Macron. "Cela n’a aucun sens", lâche-t-elle. "La politique ne crée pas la guerre, elle l’évite. Elle permet d’exprimer la pluralité des visions. Si on prétend faire de la politique, on doit dire aux citoyens, à visage découvert, comment on pense la société". Le benjamin des candidats à l’élection présidentielle appréciera les conseils.

L'ancienne ministre de la Justice s'était déjà indignée des propos d'Emmanuel Macron dans l'émission Stupéfiant de France 2, lundi 20 février. "On ne peut pas trouver un seul mot de ma part qui ait pu être un mot de mépris, qui ait pu être un mot de rejet. J'ai défendu, j'ai protégé, j'ai expliqué et pourtant j’ai reçu à longueur de temps du 'macaque', 'casse-toi', 'dégage', 'fout le camp chez toi', 'espèce de guenon'", a expliqué Christiane Taubira. 

Retrouvez cet extrait ici en vidéo : 

[Edit 23/02 à 11h45]



[A LIRE AUSSI SUR LE LAB]

Pour Macron, les anti-mariage pour tous ont été "humiliés" par Hollande

Du rab sur le Lab

PlusPlus