Thierry Solère confirme que Pénélope Fillon a été rémunérée comme attachée parlementaire de François Fillon

Publié à 21h06, le 24 janvier 2017 , Modifié à 21h28, le 24 janvier 2017

Thierry Solère confirme que Pénélope Fillon a été rémunérée comme attachée parlementaire de François Fillon
Pénélope Fillon et François Fillon. © AFP
Image Julien Chabrout


Elle est habituellement discrète. Mais cette-fois, Pénélope Fillon se retrouve en pleine lumière malgré elle. Selon le Canard enchaîné dans son édition à paraître mercredi 25 janvier, la femme de François Fillon a été rémunérée pendant huit ans comme attachée parlementaire de son mari ou du suppléant de celui-ci, ainsi que par la Revue des deux mondes.

Au total, entre 1998 et 2007 puis en 2012, elle a perçu environ 500.000 euros sur les caisses parlementaires. Une pratique légale et relativement répandue à l’Assemblée mais aussi au Sénat : les parlementaires disposent d’une enveloppe (de 9.561 euros en 2016, rappelle le Canard) destinée à rémunérer jusqu’à cinq collaborateurs à temps partiel.

Joint par l’AFP, le porte-parole de François Fillon lors de la campagne présidentielle Thierry Solère a confirmé que Pénélope Fillon avait bien été la collaboratrice de François Fillon à l’Assemblée. "Il est fréquent que les conjoints des parlementaires soient leurs collaborateurs", a-t-il affirmé, sans toutefois citer de chiffre de rémunération.

Contacté par le Lab, l’entourage de François Fillon n'a pas dit autre chose :

 

Oui, Madame Fillon a été la collaboratrice de François Fillon. Oui, elle a travaillé pour la Revue des deux mondes et oui, c’est fréquent que les conjoints des parlementaires soient leur collaborateur, à gauche comme à droite. Madame Fillon a fait des études de droit et littérature. Elle a toujours travaillé dans l’ombre car ce n’est pas son style de se mettre en avant.

Auprès de Reuters, Benoist Apparu a estimé que cette collaboration "n'est ni illégal ni amoral : c'est autorisé par l'Assemblée nationale". Le porte-parole a ajouté : "500.000 euros sur huit ans, ça fait 62.000 euros par an, c'est 5.000 euros brut par mois, soit 4.000 euros net. C'est à peu près la rémunération d'un assistant parlementaire".

L’hebdomadaire satirique laisse entendre que Pénélope Fillon, désormais conseillère municipale à Solesmes, où les Fillon possèdent un manoir,n’était pas très assidue. "'Penny’ (Pénélope Fillon, ndlr) ne laisse pas de trace d’activité ni à Paris ni à Sablé-sur-Sarthe", écrit le Canard. L’hebdomadaire cite le témoignage de celle qui était à l’époque collaboratrice de Marc Joulaud, Jeanne Robinson Behre, qui dit "n’avoir jamais travaillé avec elle". En 2002, Pénélope Fillon avait en effet été employée à l’Assemblée par Marc Joulaud, suppléant du député de la Sarthe. Il avait remplacé François Fillon lors de la nomination de ce dernier comme ministre des Affaires sociales et du Travail.

Selon le Canard enchaîné, Pénélope Fillon a reçu 100.000 euros brut de salaire par la Revue des deux mondes entre 2012 et 2013 en tant que "conseiller littéraire". D’après le quotidien, l’embauche et le travail du l’épouse de François Fillon ont échappé au directeur de l’époque, Michel Crépu. "Elle a bien signé deux ou peut-être trois notes de lecture", dans cette prestigieuse publication fondée en 1829, précise-t-il auprès de l’hebdomadaire, "mais à aucun moment je n‘ai eu la trace de ce qui pourrait ressembler à un travail de conseiller littéraire". Faux, répond l'entourage de François Fillon : Thierry Solère estime à l’AFP que "Monsieur Crépu est mal renseigné". Pénélope Fillon, sans profession connue, s'est toujours présentée comme une mère au foyer.



[EDIT 21 H 27] Ajout des propos de Benoist Apparu.

Du rab sur le Lab

PlusPlus