Thierry Solère (LR) écrit au ministre de la Justice pour "s'étonner" que Salah Abdeslam bénéficie d'une "salle de sport" en prison

Publié à 12h25, le 03 juillet 2016 , Modifié à 12h32, le 03 juillet 2016

Thierry Solère (LR) écrit au ministre de la Justice pour "s'étonner" que Salah Abdeslam bénéficie d'une "salle de sport" en prison
Thierry Solère © AFP
Image Etienne Baldit


Thierry Solère entend bien s'assurer que l'ordre règne au sein des prisons françaises. Une odeur de "chichon" qui plane dans les couloirs de la maison d'arrêt de Nanterre ? Comptez sur lui pour s'en *étonner*, avec son camarade et député LR David Douillet. Mais c'est loin d'être tout. L'élu des Hauts-de-Seine a pu visiter la prison de Fleury-Mérogis (Essonne) en compagnie de journalistes du JDD, mercredi 29 juin. L'hebdomadaire y consacre une double page, ce dimanche 3 juillet. C'est dans cette prison qu'est détenu depuis trois mois Salah Abdeslam, terroriste ayant participé aux attentats du 13 novembre à Paris et Saint-Denis.

Thierry Solère a pu visiter l'espace de la prison où Salah Adeslam est tenu à un isolement strict. Il dit notamment avoir pu "mesurer l'ampleur du dispositif qui entoure sa détention". Mais quelque chose a tout de même choqué celui qui est chargé d'organiser la primaire de la droite et soutient Bruno Le Maire : le fait que Salah Abdeslam bénéficie d'une "salle de sport" destinée à son usage personnel.

Thierry Solère s'en émeut même dans une lettre adressée au ministre de la Justice, Jean-Jacques Urvoas, envoyée vendredi et qu'il dévoile sur son compte Twitter ce dimanche. Il écrit :



J'ai été très étonné de constater qu'une cellule avait été transformée en salle de sport, et encore plus étonné d'apprendre que son usage était exclusivement réservé à cet individu.

Dans son récit de la visite de la prison, Le JDD écrit en effet :



Quatre cellules ont été aménagées pour sa venue. Deux à son usage, une cellule A et une cellule B en cas de dégradation de la première. Dans une cellule au milieu des deux, un poste de surveillance vidéo. C'est là qu'un fonctionnaire veille 24h/24 pour observer le prisonnier et noter scrupuleusement tous ses faits et gestes. Une quatrième cellule a été transformée en 'salle sport spéciale', avec un rameur pour faire de l'exercice. Un autre équipement de musculation est commandé...

Au Lab, l'élu de Boulogne-Billancourt précise que cette cellule est "vidéo-surveillée également". "Quand vous demandez à l'administration pénitentiaire ce que c'est que cette salle, on vous répond que c'est là où il fait du sport. Et qu'aucun autre détenu d'en bénéficie", raconte Thierry Solère.

Dans sa lettre à Jean-Jacques Urvoas, il dénonce également les conditions de surpopulation de la prison de Fleury-Mérogis, où des matelas sont installés à même le sol dans certaines pour accueillir les nouveaux détenus.

Le ministre n'a pas encore répondu à son courrier.

Du rab sur le Lab

PlusPlus