Très confiant, le président de l’UDI Jean-Christophe Lagarde vise le grand chelem aux régionales

Publié à 11h01, le 18 septembre 2015 , Modifié à 11h07, le 18 septembre 2015

Très confiant, le président de l’UDI Jean-Christophe Lagarde vise le grand chelem aux régionales
Image Sébastien Tronche


Le grand chelem, ou l'art de remporter tous ses matchs, ce n’est pas que pour le rugby, le golf ou le tennis. Le grand chelem, c’est aussi l’objectif ambitieux de Jean-Christophe Lagarde. Car, à moins de cent jours des élections régionales de décembre, le président de l’UDI est plus que confiant. Et il le dit sans détour.

Invité de la matinale de LCI/Radio Classique, ce vendredi 18 septembre, le député centriste, qui souhaite "qu’on s’intéresse plus à ces élections", estime qu’une large victoire de l’opposition en décembre doit "permettre à la France de repartir depuis les territoires quand elle est bloquée au niveau national et au niveau de l’Etat".

Pour cela, Jean-Christophe Lagarde mise sur une victoire sans contestation de son camp. Un raz-de-marée. Il voit grand et pronostique ainsi une victoire de la coalition Les Républicains / UDI dans l’ensemble des treize nouvelles régions. Il dit :

Si les Français veulent amorcer un changement, ils ont la possibilité, lors de ces élections régionales, de permettre à l’opposition, l’UDI et Les Républicains, de faire un grand chelem.

Une vidéo isolée par le Lab :



Un grand chelem, vraiment ? Il persiste :

Je pense que c’est possible parce que je crois que les Français veulent balayer ceux qui leur racontent des histoires depuis trop longtemps.

Un objectif qu’il croit donc possible mais qui sera en réalité difficile à atteindre. Selon les dernières enquêtes d’opinion, la gauche pourrait l’emporter dans une poignée de régions, dont la nouvelle grande région Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon.

Depuis 2004, la gauche dirige la très grande majorité des régions. Lors du dernier scrutin régional, en 2010, alors qu’elle était dans l’opposition, elle avait remporté 23 des 26 régions qui formaient l'ancienne carte de France. Et même si la droite ne fait pas le grand chelem en 2015, le PS et ses alliés risquent de perdre gros.

Du rab sur le Lab

PlusPlus