Trois députés français, Thierry Mariani (LR), Nicolas Dhuicq (LR) et Jean Lassalle, ont rencontré Bachar al-Assad

Publié à 11h32, le 08 janvier 2017 , Modifié à 13h37, le 08 janvier 2017

Trois députés français, Thierry Mariani (LR), Nicolas Dhuicq (LR) et Jean Lassalle, ont rencontré Bachar al-Assad
Jean Lassalle, Thierry Mariani et Nicolas Dhuicq avec Bachar al-Assad. © Capture d'écran Twitter de Gilles Gallinaro.
Image Sébastien Tronche


C’est un nouveau voyage polémique d’élus français en Syrie. Les députés Thierry Mariani (LR), Nicolas Dhuicq (LR) et Jean Lassalle, également candidat à la présidentielle, se sont rendus en Syrie en ce début d’année 2017. Et ce dimanche 8 janvier, les trois élus ont rencontré Bachar al-Assad pendant plus d’une heure.



La présence dans cette délégation française de deux députés LR dont l’ancien ministre Thierry Mariani a bien embarrassé le camp Fillon qui a tenu à préciser qu’il s’agissait là d’une "initiative individuelle qui n’engage que Thierry Mariani". C'est la troisième fois en un an et demi qu'il est reçu par le président syrien

"Quelle honte ! Comment peut-on soutenir ce régime de barbares et s'afficher avec ?" s'est offusqué ce dimanche sur Twitter le député PS spécialiste des questions de terrorisme Sébastien Piétrasanta.



Thierry Mariani aime beaucoup aller en Syrie. Parfois, il s'y rend avec Valérie Boyer ou Julien Rochedy, ancien président du Front nation de la jeunesse, qui en profite pour faire un selfie avec Bachar al-Assad. Il arrive également au député LR des Français de l'étranger de profiter de son escapade pour rencontrer le grand mufti de Syrie, un homme qui, en 2011, avait menacé l'Europe et les États-Unis d'attentats en cas d'intervention militaire en Syrie, alors que débutait la révolution.

Les trois députés français étaient arrivés en Syrie jeudi pour célébrer le Noël arménien à Alep, récemment reconquise par le régime de Damas. En route pour la Syrie depuis le Liban, un de ces députés, Thierry Mariani, élu LR des Français l'étranger a indiqué à l'AFP faire ce voyage de quatre jours pour "voir l'évolution de la situation, la réalité du terrain", alors qu'Alep "vient d'être libérée".

Samedi, les trois élus français, qui s'étaient rendus vendredi à Alep, ont dû attendre samedi plusieurs heures à l'aéroport avant de repartir en raison de la chute d'obus, a indiqué une source parlementaire. Selon cette source, les députés de droite Thierry Mariani, Nicolas Dhuicq et Jean Lassalle s'apprêtaient à rentrer samedi après-midi en avion à Damas après avoir passé le Noël arménien à Alep, "en solidarité avec les chrétiens d'Orient", lorsque huit obus sont tombés dans le périmètre de l'aéroport de la grande ville du nord de la Syrie, obligeant l'appareil à faire demi-tour. Quatre heures plus tard, l'appareil est reparti et ils ont pu regagner Damas.

Du rab sur le Lab

PlusPlus