Bernalicis (LFI) déplore que Mélenchon ait découvert "dans la presse qu’il avait été la potentielle cible d’un attentat"

Publié à 08h19, le 18 octobre 2017 , Modifié à 08h54, le 18 octobre 2017

Bernalicis (LFI) déplore que Mélenchon ait découvert "dans la presse qu’il avait été la potentielle cible d’un attentat"
© Image @AFP
Image Aurélie Marcireau


Le Monde de ce 18 octobre révèle que dix personnes ont été interpellées mardi 17 octobre. Âgés de 17 à 25 ans, ces jeunes gravitant dans la mouvance de l’ultra-droite projetaient un attentat contre des mosquées et des hommes politiques. En juin déjà, un homme, Logan Alexandre Nisin avait été interpellé dans les Bouches-du-Rhône. Il connaissait le milieu politique, il s’était vu proposer un poste au FN en mars(poste qu'il avait refusé). L’ordinateur de ce dernier a révélé qu’il projetait de s’en prendre à Christophe Castaner, porte-parole du gouvernement et à Jean-Luc Mélenchon. Cette révélation dans la presse n’est pas du gout du député de la France insoumise Ugo Bernalicis qui explique à Franceinfo ce mercredi matin : 



On est étonnés de le découvrir par voie de presse. Jean-Luc Mélenchon a découvert comme tout le monde, dans la presse qu'il avait été la potentielle cible d'un groupuscule d'extrême droite. C'est un peu étrange de l'apprendre par cette voie-là. On demande à ce que les autorités du ministère de l'Intérieur et de la Justice puissent communiquer peut-être avant la presse, au principal intéressé. Jean-Luc Mélenchon a quand même été un candidat à l'élection présidentielle.

L'élu insiste: "C'est dommage qu'il l'apprenne ainsi". Ces menaces contre des élus ne sont pas nouvelles. Pendant la campagne pour l’élection présidentielle, des menaces contre des politiques avait été révélées entraînant des mesures de sécurité accrues.    



 

Du rab sur le Lab

PlusPlus