Un an après une première polémique, Emmanuel Macron récidive en remettant en cause les 35 heures

Publié à 06h40, le 28 août 2015 , Modifié à 11h35, le 28 août 2015

Un an après une première polémique, Emmanuel Macron récidive en remettant en cause les 35 heures
© AFP

Il aurait voulu le faire exprès, il n'aurait pas fait mieux. Quasiment un an jour pour jour après sa première sortie polémique sur la remise en cause des 35 heures, Emmanuel Macron récidive. Il s'exprimait cette fois-ci le 27 août au soir dans un discours de clôture de l'université d'été du Medef et a déclaré devant un parterre de chefs d'entreprises :

"

La gauche n'est pas exempte de critiques particulières. Elle a pu croire à un moment, il y a longtemps, que la politique se faisait contre les entreprises, ou au moins sans elle. (...) Elle a cru que la France pourrait aller mieux en travaillant moins, c’était des fausses idées.

"

Le 28 août 2014, le même Emmanuel Macron avait déjà fait réagir sur ce thème, tout juste après sa nomination comme ministre de l’Économie. Dans une interview réalisée avant ladite nomination, il expliquait :

"

Nous pourrions autoriser les entreprises et les branches, dans le cadre d’accords majoritaires, à déroger aux règles de temps de travail et de rémunérations.

"

Il s'était alors attiré les foudres de la gauche - comme celles de la ministre Marisol Touraine qui l'avait recadré - et les félicitations de la droite.

 

[Edit 11h] En marge d'un déplacement à Châlons-en-Champagne, Manuel Valls a affirmé qu'il n'y aurait pas de "remise en cause du temps légal de travail et des 35 heures". Il a ajouté : "Les petites phrases font mal à la vie publique." En janvier 2011, lorsqu'il n'était ni ministre ni Premier ministre, et alors qu'il passait pour agitateur d'idées en vue de la primaire socialiste, Manuel Valls avait lui aussi estimé qu'il fallait "déverrouiller les 35 heures".

 

>> Retrouvez ici les réactions de la gauche à cette sortie d'Emmanuel Macron.

 

 

A LIRE AUSSI SUR LE LAB :

> Macron pas invité à l'université d'été du PS ? Les versions divergent

> Christian Paul propose un débat télévisé à Emmanuel Macron

 

Du rab sur le Lab

PlusPlus