Un candidat FN aux législatives veut faire des "économies" sur les dépenses pour les migrants : "Le Banania, c’est très bon pour eux"

Publié à 17h17, le 29 mai 2017 , Modifié à 17h21, le 29 mai 2017

Un candidat FN aux législatives veut faire des "économies" sur les dépenses pour les migrants : "Le Banania, c’est très bon pour eux"
Le Front national n'a pas encore réagi après la sortie du candidat aux législatives dans la 15e circonscription du Nord. © JEFF PACHOUD / AFP
Image Victor Dhollande-Monnier


Aligner un candidat de dernière minute peut se révéler dangereux pour les partis politiques. Après l’abandon, pour des raisons de santé, de Christine Engrand dans la 15e circonscription du Nord aux prochaines élections législatives (les 11 et 18 juin prochains), le FN a choisi d’investir l’Hazebrouckois Pascal Prince, le 19 mai dernier. Et pour démarrer sa campagne, mercredi 24 mai dernier, le nouveau poulain frontiste a donné une conférence de presse. Avec une bonne polémique à la clé.

Selon La Voix du Nord qui raconte ce début de campagne dans son édition du 28 mai, le conseiller municipal de Hazebrouck (Nord), Pascal Prince, a vivement dénoncé le "système Macron". En présentant son programme, il a résumé le rôle du député en une seule phrase : "Voter les lois contre l’immigration, le fiscalisme et l’insécurité". Et il a ajouté :

On fera des économies. C’est bon, les Banania. Le Banania c’est très bon pour eux [sous-entendu les étrangers, ndlr], mais il faut penser aux Français.

Assis à ses côtés, son suppléant Didier Lejeune semble gêné par ce discours. Mais Pascal Prince ne se ravise pas, bien au contraire. Il en rajoute une couche quand le sujet des migrants de Steenvoorde arrive sur la table :

On peut penser qu’en Érythrée, Steenvoorde est connue, et pas seulement pour Jean le Bûcheron [géant, ndlr].

Lundi 29 mai, France 3 Hauts-de-France a cherché à avoir des explications après cette sortie. Ce dernier plaide le malentendu auprès de nos confrères :

Ce que je voulais dire, c'est que certains Français n'ont pas de petit-déjeuner. Alors que "eux" ont les soins dentaires, et le petit déjeuner le matin, vous le savez. Banania, c'est une marque de chocolat bien connue. Comme Poulain...

Pour dénoncer donc les aides accordées aux migrants, Pascal Prince a donc choisi d’utiliser l’image Banania. La marque de chocolat en poudre a longtemps été accusée de racisme, notamment pour son slogan "Y'a bon Banania".  

"Ça a été un mot malheureux", assure son suppléant, Didier Lejeune. Pour l’heure, aucun commentaire du FN. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus