Une publicité reprend une rumeur sur Valérie Trierweiler

Publié à 20h34, le 06 février 2014 , Modifié à 21h53, le 06 février 2014

Une publicité reprend une rumeur sur Valérie Trierweiler
(Le Point)

RÉCUP' - Des publicités qui reprennent les actualités de la vie politique, c'est désormais courant. Mais dans l'édition du Point du 6 février, un site spécialisé dans la vente et l'achat d'objet d'art reprend une rumeur concernant Valérie Trierweiler et François Hollande. 

La marque utilise implicitement une boule puante diffusée contre l'ancienne compagne de François Hollande, qui expliquait qu'elle avait détruit du mobilier national, à l'Elysée, en apprenant les révélations de Closer au sujet du chef de l'Etat. 

Sur l'image, on peut voir un homme, qui pourrait être François Hollande, derrière un ordinateur dans un beau salon comme ceux qu'il peut y avoir à l'Elysée, avec un pot cassé. Et précise : "Saint-Valentin : une date pour réparer les pots cassés."

(Cliquez pour voir en grand) 

Des rumeurs qui avaient obligé le Mobilier national à faire un communiqué pour "démentir catégoriquement cette rumeur absurde partie d'internet."Patrice Biancone, l'ancien chef de cabinet de Valérie Trierweiler, avait également répondu au Lab sur ce sujet : 

Je démens tout ce qui est dit. Selon certains elle a tenté de se suicider, et pendant son hospitalisation un millionaire mettait à sa disposition des gardes du corps pour la surveiller. N'importe quoi !

Aujourd'hui, on dit qu'elle aurait tout cassé ?!

Ce n'est pas possible. A un moment il faut arrêter. C'est beaucoup pour une seule femme en position, aujourd'hui, de fragilité.

Visiblement contente de son opération, la marque n'hésite pas à le partager sur son compte Twitter : 

Du rab sur le Lab

PlusPlus