Une tête de liste FN à Paris dit "ne pas être du tout républicain" selon SteetPress

Publié à 11h59, le 31 janvier 2014 , Modifié à 18h33, le 31 janvier 2014

Une tête de liste FN à Paris dit "ne pas être du tout républicain" selon SteetPress
Elie Hatem en 2006 (Maxppp).

PAROLE CONTRE PAROLE - Le Front national, un parti républicain ? Il y a une tête de liste du Front national à qui la question ne pose pas de problème, selon StreetPress.  Il s'appelle Elie Hatem et représentera le Front national dans le 4e arrondissement de Paris pour les prochaines municipales. Cette tête de liste du parti frontiste assure à StreetPress qu'il "n'est pas du tout républicain". 

Contacté par le Lab, Wallerand de Saint-Just, candidat FN à la mairie de Paris explique que l'intéressé dément ces propos : 

"

J'ai appelé Elie Hatem qui m'a assuré de pas avoir du tout dit ça. A partir du moment ou on se présente à des élections, on est républicain. Son attitude montre qu'il est républicain. 

"

[Mise à jour 18 heures] Elie Hatem qui réagit par un communiqué :

"

Je n'ai jamais dit ne pas être du tout républicain. J' accepte la République et la démocratie puisque je me présente à l'élection municipale sous les couleurs du RBM. Tout le reste sont des sentiments personnels. Je suis tout à fait d'accord avec le programme du FN et du RBM.

"

Pourtant, dans une vidéo qu'il partage de manière publique sur son compte Facebook, Elie Hatem tient un discours devant l'Action française, où il considère que la "République bafoue la liberté" et parle à plusieurs reprises de la "démagogie républicaine". 

"

La République aujourd'hui par son système de standardisation jacobin est en train de détruire nos spécificités locales.

"

A voir à partir de 24' : 

La rédaction de StreetPress maintient de son côté ses propos et précise au Lab que l'interview a été faite la semaine passée, par téléphone. 

Celui qui est également avocat de l'Action française, organisation monarchiste et d'extrême droite, qui a été l'avocat de Bob Dénard, veut "retourner à l’identité de la France millénaire", selon le site d'informations. Pour lui, la France devrait revenir à un système monarchique : 

"

Avec un roi au sommet de l’état et une société purement française, identitairement française et fidèle à sa tradition.

"

Et précise d'après StreetPress : "Je suis aussi contre la République dans les pays africains. On leur a imposé un système qui n’a rien à voir avec leurs identités nationales. " 

  

En novembre, ce même Elie Hatem considérait que "l’Action Française dérange le pouvoir républicain car, en pleine expansion, elle risque de drainer derrière elle un mouvement populaire incontrôlable". Dans une lettre publiée par l'Action française, Elie Hatem, très critique envers le modèle républicain, précisait que "la République est en déclin."

"

Il convient donc de noyauter le système en rendant l’espoir aux Français, en s’occupant de leur vie quotidienne, en assurant une proximité et une gestion efficace de leurs problèmes, loin des promesses démagogiques. 

L’Action française n’étant pas un parti politique aspirant à la prise ou à la participation au pouvoir, elle cherche en toute sincérité à assurer l’intérêt des Français. 

"

Dans une autre vidéo, également publiée sur son compte Facebook, Elie Hatem déclare au sujet de la République que "cette propagande faite depuis 1789 n'est pas du tout justifiée". "Le roi incarne la nation, c'est la personnification de la nation française". [voir ici à partir de 3']

Contacté par le Lab, Nicolas Bay, directeur de la campagne des municipales au FN, préfère ne pas commenter, n'étant pas au courant de ces propos. Mais il tient la même ligne que Wallerand de Saint-Just et estime que "les candidats du FN sont par définition républicains, puisqu'il se présentent à des élections."

Du rab sur le Lab

PlusPlus