VIDÉO - Bain de foule et atelier selfies avec Macron : la surréaliste réception des maires à l'Élysée

Publié à 12h42, le 23 novembre 2017 , Modifié à 12h56, le 23 novembre 2017

VIDÉO - Bain de foule et atelier selfies avec Macron : la surréaliste réception des maires à l'Élysée
Scènes vues mecredi 22 novembre à l'Élysée lors de la réception de 1.000 maires par Emmanuel Macron © Montage le Lab via Ouest-France
Image Etienne Baldit


RED CARPET - Le geste était symboliquement fort : 1.000 maires de tous horizons reçus à l'Élysée par Emmanuel Macron, la veille du discours du Président au congrès des maires de France, alors que ces derniers protestent contre les décisions de l'exécutif qui impactent la situation financière des communes. Et puisqu'il leur parle officiellement à la tribune jeudi 23 novembre, le chef de l'État n'a pas pris publiquement la parole à cette occasion.

À la place, lui, son épouse et certains de ses ministres (Christophe Castaner, Gérard Collomb...) se sont livrés à un exercice de bain de foule et de selfies avec les centaines d'édiles présents dans la salle des fêtes du palais présidentiel pour ce cocktail inédit sous les ors de la République. Ce qui a donné lieu à des scènes plutôt surprenantes, des dizaines d'élus se pressant en masse pour tenter d'approcher Emmanuel Macron, tendant leur smartphone en l'air pour le prendre en photo... Comme des fans apercevant leur idole, comme on peut en juger sur ces images tournées par Ouest-France :









"C'est chaud, ça pousse, c'est chaud", dit l'un, attendant son tour. "On dirait qu’on a tous 15 ans", sourit une maire du Rhône citée par Ouest-France. Ou encore cet échange :

- Un maire : Monsieur le Président !

- Emmanuel Macron : Je suis là, j'arrive !

- Un maire : Aaaaaah, enfin ! Enfin !

Certains élus en ont pourtant ressenti un profond malaise. Sur RTL ce jeudi matin, le maire LR de Saint-Étienne s'est plaint de la teneur de cette réception. Gaël Perdriau a pesté :



C'est un sentiment étrange, hier soir. On avait un peu l'impression de participer à un dîner de cons, pour tout vous dire. Les maires ont le sentiment d'être pris pour des François Pignon. Parce qu'être invité à l'Élysée, c'est toujours un honneur, bien entendu. Mais ne pas voir celui qui vous invite, ne pas pouvoir échanger avec lui... On l'a pas vu. Ça fait penser un petit peu aux auditions du pape au Vatican. Il y avait trois antichambres avant de pouvoir arriver là où il recevait, mais nous avons été très peu à pouvoir l'approcher. Il n'a pas daigné venir s'exprimer. [...] Quand vous recevez quelqu'un, s'il vous aime bien, vous êtes là !


Des propos sans doute excessifs, tant les images ci-dessus montrent bien que de nombreux élus ont pu échanger quelques mots avec Emmanuel Macron. Mais qui illustrent tout de même le *léger* malaise qui se dégage des mêmes images, qui ne sont pas loin de faire penser à celles d'un Noël des enfants à l'Élysée...

Selon l'Élysée, le chef de l'État annoncera notamment, ce jeudi devant le congrès des maires de France, une "refonte profonde de la fiscalité locale", l'encouragement à la construction et la possibilité de normes et d'expérimentations différenciées selon les territoires. "Conscient de la difficulté de leur rôle", il s'exprimera devant plusieurs milliers d'élus pendant environ une heure et demie, porte de Versailles à Paris. 

L'objectif de 13 milliards d'euros d'économies imposés aux collectivités sur cinq ans et celui d'une hausse maximale de 1,2% par an de leurs dépenses de fonctionnement pour y parvenir cristallisent leur mécontentement. Mais la baisse des aides au logement, la diminution des emplois aidés ou l'exonération de 80% des foyers de la taxe d'habitation, l'une des principales ressources des communes, ont attisé le contentieux.

Il doit d'ailleurs confirmer que cette taxe d'habitation, qui doit être supprimée en trois ans pour 80% des ménages, sera compensée par un "dégrèvement" où l'État paiera à la place des contribuables, "ce qui garantit aux collectivités la permanence de la compensation". Le chef de l'État expliquera aussi son projet d'une "refonte globale de la fiscalité locale" qui pourrait passer par "un partage des impôts nationaux, à l'image du transfert d'une fraction de la TVA aux régions", avec au passage une probable suppression complète de la taxe d'habitation.

Emmanuel Macron doit également annoncer "une réforme du droit à l'expérimentation" pour adapter les réponse aux besoins locaux, par exemple en matière de logement ou de transport, et la possibilité d'adapter les normes au niveau local. Les projets locaux seront encouragés par une "Agence nationale de la cohésion des territoires". Les collectivités pourront aussi s'organiser pour des transferts de compétences et le président veut "un allègement du contrôle de légalité" de leurs décisions par les préfets. Il annoncera enfin l'organisation d'une "conférence du consensus" sur le logement pour début décembre, qui préparera la loi logement pour début 2018, avec des mesures encourageant la construction tout en réduisant les aides au logement.

Du rab sur le Lab

PlusPlus