VIDÉO - "Bartolone tu nous emmerdes" : Aubry et Lebranchu recadrent Bartolone pour sa "phrase à la con"

Publié à 07h09, le 29 novembre 2016 , Modifié à 07h11, le 29 novembre 2016

VIDÉO - "Bartolone tu nous emmerdes" : Aubry et Lebranchu recadrent Bartolone pour sa "phrase à la con"

Samedi 26 novembre, Martine Aubry avait tout prévu pour faire un grand coup. Alors que la gauche est fracturée de toutes parts, la maire PS de Lille avait réussi à réunir un sacré casting d’union de la gauche à son premier "Carrefour citoyen des gauches et de l’écologie". Etaient présents, notamment, Anne Hidalgo, Christiane Taubira et… Claude Bartolone. Le président PS de l’Assemblée nationale, qui est du voyage primo-ministériel en Tunisie, en a profité pour appeler Manuel Valls à se présenter contre François Hollande à la primaire (une hypothèse finalement écartée par Manuel Valls). Une provocation institutionnelle. La rancune du quatrième personnage de l’Etat contre le premier, pour ses propos tenus dans Un Président ne devrait pas dire ça… sur son manque de charisme et de notoriété, est tenace.

Mais cette petite phrase distillée par Claude Bartolone a agi comme lorsque la discussion dévisse sur la politique lors d’un repas de famille pour Noël et qu’un tonton mal luné sort la phrase qui crée une immense gêne. De quoi gâcher l’événement et l’harmonieuse unité voulue par l’hôte de la fête, en l’occurrence Martine Aubry. L’ancienne patronne du PS n’a pas apprécié ce parasitage en règle de la part de Claude Bartolone, et le lui a fait savoir en des termes plutôt crus, comme l’a capté l’émission Quotidien (TMC) à la reprise des interventions. Et la maire de Lille s’attaque au président de l’Assemblée en stéréo avec l’ancienne ministre Marylise Lebranchu :

"

- Martine Aubry : Pour moi… sur ta phrase à la con là.



- Marylise Lebranchu : ah ouais ! Ta phrase à la con !



- Martine Aubry : C’est pas l’objet d’aujourd’hui.



- Marylise Lebranchu : Bartolone tu nous emmerdes.



- Martine Aubry : J’ai dit que chacun a le droit de dire ce qu’il veut. Mais c’est pas ce que je retiens de la journée. »

"

Claude Bartolone ne réagit alors qu’avec un petit rire gêné.

A voir en vidéo, isolé par Quotidien :

Un peu plus tôt, interrogée sur cette polémique naissante qu’elle n’avait pas vu venir, Martine Aubry avait pesté contre les journalistes et les petites phrases. "Il a le droit de dire ce qu'il veut, chacun à son opinion, les petites phrases c'est ce que je déteste. [...] Si vous ne retenez que ça, il ne faut pas s'étonner ensuite que la France devienne ce qu'elle est", avait ainsi lâchée l’ancienne candidate à la primaire PS en 2011 pourtant visiblement prévu de l'effet de souffle provoqué par Claude Bartolone par son bras droit François Lamy.

L’objectif premier de Martine Aubry était pourtant de montrer que la gauche, au-delà du PS légitimiste et pro-gouvernement, pouvait se rassembler en vue de 2017. "Nous ne sommes pas anti quelque chose, anti François Hollande ou anti Manuel Valls. Compte tenu de notre état de forme, le sujet n’est pas d’être anti qui que ce soit mais dans la contribution à cette construction collective", expliquait au Lab Jean-Marc Germain.

Mais ça, c'était sans compter sur Claude Bartolone.

A LIRE AUSSI SUR LE LAB :

Bartolone veut que Hollande et Valls se présentent à la primaire PS (au nom du rassemblement)

Où l'on apprend que Bartolone, toujours fâché, refuse de prendre Hollande au téléphone

Du rab sur le Lab

PlusPlus