VIDÉO - Baumel ne trouve "pas illogique" que le PS investisse un candidat aux législatives face à Valls

Publié à 09h35, le 19 avril 2017 , Modifié à 09h35, le 19 avril 2017

VIDÉO - Baumel ne trouve "pas illogique" que le PS investisse un candidat aux législatives face à Valls
Laurent Baumel © MEHDI FEDOUACH / AFP
Image Le Lab

Camille Mordelet pour

BRÈVE DE CAMPAGNE – L’appel réitéré de Manuel Valls à voter pour Emmanuel Macron au premier tour de la présidentielle passe définitivement mal. Mardi 18 avril, l’ancien Premier ministre a une nouvelle fois lancé un appel en faveur de son ancien ministre de l’Économie à travers un bulletin adressé aux habitants de la 1ère circonscription de l’Essonne. Un coup dur pour Benoît Hamon à quatre jours du premier tour, alors qu’il est placé à la cinquième place dans les sondages.

Une action qui est mal passée auprès des soutiens du candidat officiel du PS, Benoît Hamon, pas une seule fois cité dans la lettre. De quoi donner des idées à Laurent Baumel, député PS de l’Indre-et-Loire et soutien de Benoît Hamon. Mardi 18 avril sur LCP, il en appelle à "une position de clarté".

-          Laurent Baumel : C’est-à-dire qu’il y a effectivement un problème politique lié au fait de ne pas avoir apporté son soutien au candidat issu de la primaire qu’on avait soi-même accepté. En l’occurrence, dans le cas de Manuel Valls, il y avait lui-même participé. Donc ça pose un problème politique. Après, le bureau national doit décider de l’ampleur qu’il donne, enfin la façon dont il prend en compte ce problème politique.

-          Journaliste : Est-ce qu’il faut un candidat socialiste face à Manuel Valls dans sa circonscription ?

-         Baumel : Ce ne serait pas illogique. C’est un point à débattre, je ne vais pas trancher tout seul.

Un extrait à retrouver ci-dessous :



 

Mardi 18 avril, Benoît Hamon a tenu sa dernière réunion publique au Zenith de Toulouse, devant quelques 5 000 personnes. Une prestation de fin qui ne masque pas la grande inquiétude les partisans du candidat PS, miné par les déflexions dans son camp. Le mercredi 19 avril, l’ancien président du PRG Jean-Michel Baylet a annoncé son soutien à Emmanuel Macron.

Voilà. C’était l’histoire d’un frondeur frondé qui appelle à la fronde.

Du rab sur le Lab

PlusPlus