VIDÉO – Ce député LR ne voit qu’un rescapé à la défaite présidentielle (anticipée) de la droite : Nicolas Sarkozy

Publié à 11h59, le 16 mars 2017 , Modifié à 11h59, le 16 mars 2017

VIDÉO – Ce député LR ne voit qu’un rescapé à la défaite présidentielle (anticipée) de la droite : Nicolas Sarkozy
Le député LR Patrick Labaune. © Montage Le Lab via Dauphiné libéré.
Image Amandine Réaux


Ils sont désormais nombreux chez Les Républicains à faire campagne sans trop d’espoir, avec le spectre d’une élimination de leur candidat François Fillon dès le premier tour. Moins nombreux sont ceux qui osent évoquer l’après 2017 en cas de défaite à la présidentielle. Une nouvelle génération reprendra-t-elle le flambeau à la tête de LR ? Patrick Labaune n’en est pas si sûr. Le député de la Drôme expose son scénario au Dauphiné libéré jeudi 16 mars :



Ce sera une page tournée. Je pense qu’effectivement, Alain Juppé l’a dit clairement : c’est fini. Fillon, ce sera fini. Un seul restera, ce sera Nicolas Sarkozy. Tout est possible en politique. Patrick Labaune, en 2008, il était mort. Aujourd’hui, il est député-président de conseil départemental. La vie politique commet toujours des surprises.

Voilà qui devrait faire *extrêmement plaisir* aux Laurent Wauquiez, François Baroin et consorts qui se verraient bien incarner la droite de demain en cas de défaite de François Fillon.

"Je suis très inquiet parce qu’on voit qu’il y a un abaissement total de la moralité dans la vie politique", poursuit Patrick Labaune, citant François Fillon, Marine Le Pen et "peut-être" bientôt Emmanuel Macron.

L’idée d’un (re-)retour de Nicolas Sarkozy sur le devant de la scène ne choquerait donc aucunement Patrick Labaune. Et ce même si son ex-champion s’est (re-)retiré de la vie politique après sa défaite dès le premier tour à la primaire en novembre dernier. Le rôle de "parrain" de la droite endossé par l’ancien Président en pleine affaire Fillon n’est sûrement pas étrangère à cette théorie.

Reste un point à éclaircir : doublement mis en examen, Nicolas Sarkozy répond-il aux exigences de "moralité" exposées plus tôt par Patrick Labaune ?

Du rab sur le Lab

PlusPlus