VIDÉO - Des élus chantent la Marseillaise et bousculent des fidèles musulmans en pleine prière de rue à Clichy

Publié à 15h11, le 10 novembre 2017 , Modifié à 17h45, le 10 novembre 2017

VIDÉO - Des élus chantent la Marseillaise et bousculent des fidèles musulmans en pleine prière de rue à Clichy
Manifestations d'élus contre les prières de rue à Clichy. © ALAIN JOCARD / AFP
Image Loïc Le Clerc


Bonne ambiance en ce moment à Clichy-la-Garenne, dans les Hauts-de-Seine. Depuis le mois de mars, tous les vendredis, plusieurs dizaines, voire des centaines de fidèles musulmans font une prière de rue sur la place du marché de Clichy, en face de la mairie.

Après avoir écrit au ministère de l'Intérieur et à la préfecture, sans réponse, le maire LR, Rémi Muzeau, en a marre d'avoir cette scène sous ses fenêtres chaque semaine. Alors, ce vendredi 10 novembre, il a décidé de faire une action coup-de-poing : une manifestation avec tous les élus qui le veulent.

Ainsi, à la mi-journée, une soixantaine d'élus du Conseil municipal, des villes voisines et du Conseil régional, écharpes autour du cou, sont venus manifester leur ras-le-bol. Etait présente Valérie Pécresse, président LR de l'Île-de-France, qui est passée rapidement. Elle a pris la parole pour dénoncer ces prières de rue : "Nous sommes dans un pays où l’on ne prie pas dans la rue. Les règles de droit sont bafouées."

Après le départ de Valérie Pécresse, une scène surréaliste s'est produite. D'un côté des élus chantant la Marseillaise, de l'autre une soixantaine de musulmans priant, le tout séparé par un cordon de gendarmes. Une scène à voir ci-dessous :







D'après Théo Maneval, journaliste à Europe 1 présent sur place, les élus, Rémi Muzeau en tête, ont fini par aller soudainement au contact, bousculant les personnes en train de prier, afin de les déloger physiquement.

Le maire de Clichy a donné ensuite une conférence de presse où il s'est dit "très content que ça se soit passé comme ça". Rémi Muzeau déclare :

Les élus ont fait ce que les forces de l'ordre auraient dû faire depuis longtemps.

L’événement a été largement relayé par les responsables du FN sur les réseaux sociaux. Marine Le Pen tweetant notamment :





La police avait évacué le 22 mars la salle de prière d'Estienne d'Orves, au terme d'un long bras de fer entre la mairie qui veut en faire une médiathèque et l'Union des associations musulmanes de Clichy (UAMC) qui refusait de quitter les lieux malgré une injonction de justice. Cette salle avait été aménagée sous la précédente municipalité PS et louée sous un "bail précaire" à l'UAMC, qui voulait la racheter. A l'échéance du bail, le nouveau maire Rémi Muzeau, élu en 2015, avait décidé de transformer en médiathèque le lieu qui accueillait quotidiennement de 3.000 à 5.000 fidèles. L'édile avait parallèlement inauguré un nouveau lieu de prière dans sa ville, à 1,5 km de là. Mais l'UAMC juge cette mosquée des Trois-Pavillons excentrée, mal desservie par les transports en commun et trop exiguë.

Du rab sur le Lab

PlusPlus