VIDÉO - Devant La Manif pour tous, Marion Maréchal-Le Pen s'engage à ne plus subventionner les plannings familiaux si elle gagne la région PACA

Publié à 17h57, le 26 novembre 2015 , Modifié à 14h37, le 28 novembre 2015

VIDÉO - Devant La Manif pour tous, Marion Maréchal-Le Pen s'engage à ne plus subventionner les plannings familiaux si elle gagne la région PACA
Marion Maréchal-Le Pen devant la Manif pour tous © DR
Image Sylvain Chazot


En matière de politique régionale, chacun a ses priorités. Marion Maréchal-Le Pen, elle, en a plusieurs. Et parmi elles, il y a une refonte totale de l'action publique en matière sociale.

Le site internet Madmoizelle.com publie ce jeudi 26 novembre la vidéo d'une réunion publique entre la tête de liste FN en Provence-Alpes-Côtes d'Azur et des sympathisants de La Manif pour tous. Ce débat, animé par le rédacteur en chef de Valeurs Actuelles Geoffroy Lejeune, est l'occasion pour la députée du Var d'exposer certains points de son programme pour les régionales. Et là, devant les opposants au mariage entre personnes de même sexe, l'élue frontiste s'en prend notamment aux... plannings familiaux.

Geoffroy Lejeune pousse, il est vrai, Marion Maréchal-Le Pen à se prononcer sur le sujet. "Est-ce que vous vous engageriez ce soir à stopper les subventions aux associations à caractère politique ou idéologique ?" demande-t-il.

Marion Maréchal-Le Pen commence par dénoncer le coût que peuvent représenter certaines associations, selon elle, politisées. Elle dit :



Il y a vraisemblablement beaucoup de ménage à faire de ce point de vue-là, puisqu’il y a énormément d’associations politisées qui sont subventionnées, les copains politiques, mais aussi des subventions qui moi personnellement me choquent, en période de crise, particulièrement dans une région qui a un taux de chômage supérieur à la moyenne nationale. […] Je pense aussi aux 200.000€, chaque année, qui sont accordés aux plannings familiaux, des choses comme ça dont on sait que ce sont des associations très politisées.

Le public est plutôt content de cette remarque et applaudit, mollement certes (sans doute épuisé par toutes ces nuits de veille contre le mariage pour tous). Marion Maréchal-Le Pen poursuit :



[Nous allons] supprimer les subventions aux associations politisées, dont les plannings familiaux, mais aussi des associations, on aura peut-être l'occasion d'en reparler telles que celle de la LGBT, ou des choses comme ça, dont je condamne fermement l’idéologie. Et il n’est pas question de leur verser un sou évidemment demain à la région.

Voilà une information qui plait à l'audience qui, revigorée, applaudit un peu plus fort. Pas question de bouder son plaisir.

Geoffroy Lejeune redemande alors, juste pour être vraiment sûr : "Vous supprimeriez la subvention accordée au planning familial ?". La réponse de la députée FN est claire :

Oui, absolument. Absolument parce que je considère que ce sont aujourd'hui des associations politisées, on le sait bien. Et puis ils véhiculent aujourd’hui une banalisation de l’avortement.

Et hop, une nouvelle salve d'applaudissements. Mais quoi de plus normal ? D'après la tête de liste FN en PACA, l'avortement est "le tabou absolu en France, bien au-dessus de l'immigration".

À voir ci-dessous en vidéo publiée par La Manif pour tous le 17 novembre dernier (à partir de 19:20) :





Alors certes, Marion Maréchal-Le Pen explique qu'il "ne faut pas être dans la stigmatisation des uns ou des autres" et qu'elle-même, de manière tout à fait personnelle, n'est pas opposée au droit à l'avortement. Mais quand même, si on pouvait arrêter de donner des subventions aux organismes aidant les femmes à avorter, ça ne serait pas plus mal. 

En novembre 2014, Marion Maréchal-Le Pen n'avait pas pris part au vote de la résolution réaffirmant le droit à l'IVG. Mais, sil elle avait été présente, elle aurait voté contre, avait-elle assuré au journal d'extrême droite Présent

En 2011, au journal La Croix, Marine Le Pen avait estimé qu'il fallait "cesser de rembourser l’avortement". "Il existe suffisamment de moyens de contraception aujourd’hui. D’une manière générale, il faut promouvoir le respect de la vie dans notre société", avait-elle affirmé. En 2012, en pleine campagne présidentielle, elle était partie en guerre contre ce qu'elle appelait "les IVG de confort". En 2014, sur France Info, la présidente du FN avait expliqué ne pas vouloir "modifier la capacité d'accès à l'IVG" mais lutter contre sa "banalisation"





[Edit 19h45]

Les propos de Marion Maréchal-le Pen ont suscité une réaction véhémente de Najat Vallaud-Belkacem. La ministre de l'Éducation nationale, ancienne ministre des Droits des Femmes, écrit sur Twitter que "le FN, c'est donc l'engagement de revenir sur des droits fondamentaux des femmes".





L'actuelle secrétaire d'État aux Droits des femmes s'est auant à elle adressée aux "femmes de France", leur disant que "le FN ne veut pas que [leur] corps [leur] appartienne" :





La députée socialiste Karine Berger s'est elle aussi insurgée contre cet engagement de la députée frontiste du Vaucluse :





[Edit 28 novembre] Marion Le Pen "assume" et s'explique

Après la polémique suscitée par ces propos, Marion Maréchal-Le Pen a accordé une interview à Valeurs actuelles pour "s'expliquer". Et la nièce de Marine Le Pen dit "assumer". "J'assume, bien que je ne considère pas cela comme un élément central de ma campagne et de mon projet", dit-elle avant d'embrayer :



Je me permets de dénoncer l'amalgame entre subventions du planning familial et remise en cause de la légalité de l'avortement, qui sont deux sujets différents. Plusieurs raisons à mon choix. Il n'est pas question de faire disparaître ces associations pour la bonne raison qu'elles touchent des centaines de milliers d'euros de subventions annuelles.

[Edit 28 novembre] La réponse du planning familial

Ce samedi, le planning familial a décidé de répondre à Marion Maréchal-Le Pen via un communiqué. "Attaquer la liberté de milliers de femmes et d’hommes, jeunes et adultes, dans leurs choix de vie, en supprimant les moyens financiers aux associations qui permettent de développer l’accès à l’information et l’accompagnement dans la vie affective et sexuelle : voilà le programme du Front national proposé par Marion Maréchal-Le Pen", est-il écrit. Et d'ajouter :



Déclaration qui confirme les vraies intentions de ce parti de contrôler et d’assujettir les personnes dans leurs choix de vie, sans respect de leur autonomie, de leur identité de genre ou de leur orientation sexuelle. Déclaration en termes de menaces qui fait tomber les masques d’une "normalité républicaine" affichée par le Front National.

Du rab sur le Lab

PlusPlus