VIDÉO - DPDA : le fabuleux échange entre Jean-Luc Mélenchon et Gérald Darmanin

Publié à 07h49, le 27 mai 2016 , Modifié à 07h59, le 27 mai 2016

VIDÉO - DPDA : le fabuleux échange entre Jean-Luc Mélenchon et Gérald Darmanin
Jean-Luc Mélenchon et Gérald Darmanin, sur le plateau de "Des Paroles et Des Actes" sur France 2, jeudi 26 mai 2016 © Montage Le Lab

Tout avait déjà très bien commencé :

"

- Gérald Darmanin : Je vais d'abord commencer par remercier monsieur Mélenchon d'avoir accepté de débattre ensemble. [...] C'est un grand honneur de parler avec vous parce que je vous respecte et j'ai de l'estime pour le combat idéologique, pour l'intellectuel que vous êtes.



- Jean-Luc Mélenchon : D'abord je vous remercie d'être là. Je n'étais pas d'accord avec cette idée parce que vous appartenez à une famille politique dans laquelle il va y avoir une primaire, il y a 11 candidats d'annoncés, y'en a pas un qui a eu le cran de venir ici.



- Gérald Darmanin : Et je suis pas candidat.



- Jean-Luc Mélenchon : Alors moi j'aimerais que vous soyez le douzième, parce qu'au moins ils en auraient un de courageux.

"

Un débat entre deux adversaires politiques dénué de (presque) toute invective et au contraire caractérisé par une vraie discussion et des marques de respect mutuelles et visiblement sincères : c'est assez rare pour être souligné. Car outre cette introduction tout en amabilités, le reste de la confrontation entre les deux hommes a été de très belle tenue, jeudi 26 mai au soir dans la dernière de Des Paroles et Des Actes, sur France 2.

Il y a d'abord eu un long échange historico-philosophique sur la religion en France et la laïcité. Sans montée dans les tours, sans hausse des décibels. Le maire LR de Tourcoing (et fidèle lieutenant de Xavier Bertrand) Gérald Darmanin était notamment venu proposer d'interdire le financement étranger des lieux de culte, et plus particulièrement des mosquées par des pays soupçonnés de financer plus ou moins ouvertement des organisations terroristes. "Je le mets dans ma besace, je suis d'accord pour y réfléchir et pour étudier l'idée jusqu'au bout [...] si vous arrivez à me convaincre", a répondu le candidat à la présidentielle, représentant la gauche de la gauche, Jean-Luc Mélenchon. DPDA apaisé, donc.

Puis, après être tombés globalement d'accord sur la dénonciation des traités budgétaires européens en conclusion du débat, les deux hommes se sont livrés à cette grosse séance de franche déconnade :

"

- Gérald Darmanin : Je voudrais juste dire qu'il se darmanise, c'est pas moi qui me mélenchonise hein.



- Jean-Luc Mélenchon : Écoutez, si ça vous fait plaisir...



- Gérald Darmanin : Venez à Tourcoing, on vous accueille à Tourcoing avec grand plaisir.



- Jean-Luc Mélenchon : Mais oui, je viendrais bien à Tourcoing. Soyez candidat pour que j'aie au moins eu l'honneur d'affronter un candidat ce soir.



- Gérald Darmanin : Et moi j'ai besoin de vrais gens de gauche dans ma commune parce que y'en a plus.



- Jean-Luc Mélenchon : Bah vous pouvez déjà signer pour ma... si vous voulez rester aussi libre que vous l'êtes, au lieu de vous aligner sur les brontosaures, donnez-moi votre parrainage, ça va m'aider, ça m'en fera un de plus !



- David Pujadas : Vous seriez prêt à lui apporter votre parrainage, Gérald Darmanin ?



- Gérald Darmanin : Ah moi j'attends jusqu'au bout que Xavier Bertrand soit candidat, donc vous voyez...



- Jean-Luc Mélenchon : Et après on peut venir vous voir, si Xavier Bertrand n'est pas candidat ?



- Gérald Darmanin : Ah vous avez pas appelé à voter pour lui entre les deux tours des régionales, mais on prendra une bonne bière.

"

Un échange à revoir en vidéo :



Enfin, alors que Gérald Darmanin quittait le plateau, leur petit sketch s'est poursuivi :

"

- Jean-Luc Mélenchon : J'avais un cadeau pour lui. Hé Darmanin ! Darmanin, revenez ! J'ai un truc pour vous. [Il se lève, le rejoint et lui donne un livre]. Tenez, je vous offre ça, c'est la réplique au discours de Nicolas Sarkozy, Chanoine de Latran.



- Gérald Darmanin : Mais dans dix ans, vous direz pas que vous vous êtes trompé ? [Jean-Luc Mélenchon avait précédemment reconnu s'être 'trompé' en votant le traité de Maastricht en 1992, ndlr]



- Jean-Luc Mélenchon : Non.



- Gérald Darmanin : Ah bon !



- Jean-Luc Mélenchon : Vous verrez.

"

À revoir ici encore en vidéo :



On laisse la conclusion à David Pujadas : "Voilà, échange de bons procédés, c'est parfait quand ça se termine comme ça, les débats politiques." Avouez qu'il aurait été dommage que l'émission soit annulée pour cause de non-venue de Jean-Luc Mélenchon, comme il en avait formulé la menace



À LIRE SUR LE LAB :

Des paroles et des actes, dernière émission ce jeudi 26 mai avec Jean-Luc Mélenchon

24 heures avant, Jean-Luc Mélenchon menace de boycotter Des paroles et des actes (comme Marine Le Pen avant lui)

Du rab sur le Lab

PlusPlus