VIDÉO – Hamon : "s’il n’y a rien sur une île, prendre du sucre et de l’eau ? Evidemment je le ferais"

Publié à 09h02, le 11 septembre 2017 , Modifié à 09h10, le 11 septembre 2017

VIDÉO – Hamon : "s’il n’y a rien sur une île, prendre du sucre et de l’eau ? Evidemment je le ferais"
Benoît Hamon. © Captures d'écran BFMTV.
Image Sébastien Tronche


Faut-il ou non lancer une enquête parlementaire sur l’action du gouvernement à Saint-Martin et sur l’anticipation de l’ouragan Irma ? Benoît Hamon estime surtout que la "polémique" est déplacée venant de la part de "gens qui vont bien" à 7.000 kilomètres de ceux qui sont touchés par cette tempête.

Conséquence de la tempête ? Des scènes de pillages ont été observées à Saint-Martin après le passage de l'ouragan Irma. Plusieurs politiques ont dénoncé cette situation chaotique. Pas Benoît Hamon. Invité de BFMTV ce lundi 11 septembre, le leader du mouvement du 1er juillet a, à l’instar d’Annick Girardin, tenu à différencier les faits, entre ceux qui pillent pour survivre et ceux qui volent pour l'appât du gain. Et l’ancien candidat à l’élection présidentielle d’assurer que lui-aussi, pour ses enfants, prendrait de l’eau et du lait dans les supermarchés s'il le fallait. Question de survie. Il assure ainsi :

S’il n’y a rien sur une ile, prendre du sucre et de l’eau ? Evidemment je le ferais si j’ai des enfants, que je n’ai rien. N’importe qui, par nécessité pour ses enfants, le fera. Prendre une télé, c’est pas pareil, surtout quand il n’y a pas d’électricité…

Et d’ajouter :

On est face à situations où tout est par terre. Celui qui prend un pack de six bouteilles d’eau, du sucre et du lait, parce qu’il n’y a plus rien, la priorité n’est pas d’aller chasser cette personne-là.

Un passage isolé par BFMTV à voir en vidéo ci-dessous :



Ce lundi, la ministre des Outre-mer s'est voulue rassurante. "Les pillages se sont arrêtés", a assuré Annick Girardin, en direct depuis Point-à-Pitre, en Guadeloupe. Elle a rappelé que l'île de Saint-Martin avait déjà, avant le passage du cyclone, un fort taux de délinquance et que la catastrophe naturelle n'a rien arrangé. Mais Annick Girardin a prévenu que la priorité, à l'heure actuelle, a été donnée au secours, pas à la sécurité. 

A LIRE AUSSI SUR LE LAB :

> À Saint-Martin, la ministre des Outre-mer Annick Girardin choisit "d'abord le secours et ensuite la sécurité" 

> Irma : Gérard Collomb accepte "volontiers" l'idée d'une commission parlementaire sur l'action du gouvernement à Saint-Martin  

> VIDÉO – Ciotti estime qu'on aurait pu mieux prévoir l'ouragan Irma car "il est déjà passé aux États-Unis" 

Du rab sur le Lab

PlusPlus