VIDÉO - La grosse colère de Stéphane Le Foll contre BFMTV : "Je suis pas le syndicaliste du coin !"

Publié à 14h40, le 31 janvier 2016 , Modifié à 16h25, le 31 janvier 2016

VIDÉO - La grosse colère de Stéphane Le Foll contre BFMTV : "Je suis pas le syndicaliste du coin !"
Stéphane Le Foll en train d'enguirlander copieusement le patron de BFMTV, Alain Weill © Montage Le Lab via Canal +
Image Etienne Baldit


IL EST OÙ LE RESPECT ? - C'est à une scène rare qu'ont assisté les caméras de Canal +. Une séquence diffusée dans Le Supplément, dimanche 31 janvier, montre en effet le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, en train d'enguirlander copieusement Alain Weill, le président de NextRadioTV, groupe qui comprend notamment BFMTV, dans les locaux de la chaîne d'info en continu avant une interview matinale chez Jean-Jacques Bourdin. 

Ce jour-là, les journalistes de la chaîne cryptée font un reportage sur Alain Weill, le patron du groupe médias qui peste contre la décision du CSA de laisser LCI passer en gratuit sur la TNT. L'homme d'affaires y voit la main de l'exécutif, qui tenterait selon lui de remettre la main sur les médias en vue de la présidentielle 2017. C'est dans ce contexte qu'un matin, Stéphane Le Foll se présente pour son interview. 

Et le ministre de l'Agriculture est colère, mécontent d'un reportage de la chaîne qui l'a interviewé à l'occasion d'un déplacement à Laval mais n'a, selon lui, pas incorporé ces déclarations à son sujet. Stéphane Le Foll, tout à fait conscient de la présence de la caméra de Canal +, fulmine contre Alain Weill dans les couloirs de BFMTV :

Je voudrais juste poser une question, j'en profite [il pointe la caméra de Canal +]. Quand je vais en déplacement à Laval, je suis interviewé par BFM, le reportage de BFM, y'a pas de ministre en déplacement, y'a même pas une image, pas un son. Si, après il y a une image sans son. Et par contre, et c'est normal, le président de la fédération départementale de l'agriculture, lui, il a droit à son interview et tout ça. Je vous le dis : je trouve que pour une chaîne comme vous, ne même pas mettre la réponse à une question posée, c'est pas respecter le ministre. Je le dis devant la caméra. Et j'espère que ça va rester, hein !

Parce que moi je fais le déplacement, j'y vais, on m'interviewe, je réponds, c'est normal. Fuiiiit ! Je l'ai dit à votre journaliste, je lui ai dit 'mais vous vous foutez de moi !' Mais vous me prenez vraiment pour un con hein ! Donc ce matin ça va barder hein, je vous le dis moi.

[...] Enfin quand même ! Je suis pas le syndicaliste du coin, je suis pas un n'importe quoi. Je vais à Laval, vous m'interviewez, et rien ! Et je lui ai dit à la fille, hein. Eh ouais, c'est pas bien ! Je suis pas content moi, et si je suis venu ce matin, c'est pour le dire.

Une séquence à revoir dans cette vidéo :





Une soufflante à l'ancienne. Interrogé sur ce coup de gueule ministériel en plateau lors du Supplément, Alain Weill explique que ce genre de choses n'arrive "pas tellement" mais que "ça tombait mal ce jour-là parce que vous [Canal +] étiez là". Il ajoute : 



D'autant que Stéphane Le Foll s'était trompé. Quelqu'un avait dû lui dire que l'interview n'était pas passée, mais quelques minutes après je lui ai envoyé une capture d'écran où on le voyait répondre à une journaliste de BFMTV.

L'histoire ne dit pas quelle fut ensuite la réaction du ministre. 

Si les reproches et agacements des politiques envers les médias sont fréquents, il est en revanche rarissime de les voir de la sorte diffusés à la télé. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus