Du chaos au dialogue, la visite hors norme de Macron à l'usine Whirlpool d'Amiens

Publié à 16h05, le 26 avril 2017 , Modifié à 18h55, le 26 avril 2017

Du chaos au dialogue, la visite hors norme de Macron à l'usine Whirlpool d'Amiens
© DR
Image Sylvain Chazot


Cela restera, quoi qu'il arrive, comme l'une des séquences de cet entre-deux tours de l'élection présidentielle. Ce mercredi 26 avril, juste après la visite surprise de Marine Le Pen à l'usine Whirlpool, à Amiens, menacée de fermeture, Emmanuel Macron s'est rendu sur le site bloqué depuis lundi par des grévistes. Et le piège tendu par l'opération de communication menée plus tôt par la candidate FN s'est refermé sur son adversaire.

Le candidat d'En Marche ! a été accueilli par des huées, des sifflets et des "Marine présidente !"

Pendant plusieurs minutes, Emmanuel Macron a été bloqué et houspillé par des salariés.

À voir ci-dessous en vidéo :



 "Vous venez parce que Marine Le Pen est venu", lui a lancé l'un d'eux, repris quelques instants plus tard par une déléguée du personnel, comme l'a précisé un journaliste de Mediapart. "Elle est venu parce que j'étais là", a répondu Emmanuel Macron. Ce qui est vrai, Marine Le Pen ayant elle-même expliqué être venue après avoir appris que son adversaire ne se rendrai pas sur le site...





Devant le décor d'Envoyé Spécial, le candidat a pu finalement parler à des salariés qui souhaitaient l'interroger. Une rencontre sans journalistes et diffusée en direct sur le Facebook d'Emmanuel Macron.  



Le candidat à la présidence de la République s'est engagé à ne pas homologuer le PSE de Whirlpool s'il n'était pas convenable. Il a aussi promis rechercher un repreneur crédible et qui assure une pérennité de l'emploi sur site. "Ce ne sont pas des promesses en l'air, ce ne sont pas de choses mirifiques. Je sais que certains voudraient plus", a-t-il déclaré avant de reprendre le cours de sa campagne, lançant clairement contre Marine Le Pen :

La réponse à ce qui vous arrive, ce n'est pas de fermer les frontières. Ne vous trompez pas. Ceux qui vous disent ça vous mentent. Il y aura toujours des entreprises qui se comportent mal. Moi je veux être dur avec elles.

Le candidat a parlé pendant de nombreuses minutes aux salariés. 

Et, petit à petit, le ton a changé. Le calme est revenu. Le dialogue s'est installé entre les salariés et le candidat. On a même vu des sourires et entendu quelques blagues, certaines bon enfant et d'autres plus acerbes. François Ruffin, patron du journal militant Fakir et candidat de gauche unitaire aux législatives, a salué "le courage" d'Emmanuel Macron de venir ainsi dans la mêlée. "Mais vous payez votre absence de solidarité avec les ouvriers", a-t-il ajouté.



"Je reviendrai après l'élection", a assuré l'ancien ministre, comme François Hollande s'y était engagé en 2012 à Florange, devant les salariés d'Arcellor-Mittal. "Même si vous perdez ?" lui a demandé une salariée. "Oui, même si je perds", a répondu Emmanuel Macron. Puis il est parti, serrant des mains. "Merci d'être venu", lui ont lancé des salariés. Il a répondu :

Ne me remerciez pas, c'est normal. Je m'y étais engagé. Je n'ai pas besoin qu'on me dise merci.

[Edit 17h25]

Avant même de se rendre longuement auprès des ouvriers, Emmanuel Macron avait fustigé l'attitude de Marine Le Pen par rapport à la sienne (et accusé les médias de faire le jeu de la candidate du FN) :

Moi je suis pas venu dans le dos de l'intersyndicale me faire la cerise. J'ai passé une heure et quart avec l'intersyndicale, j'ai entendu des vérités, on a des désaccords, j'ai vu les gens qui au quotidien font ça. Marine Le Pen [fait le geste de se laver les mains], elle est restée un quart d'heure, elle est partie, elle a fait des images pour vous, vous êtes contents, vous êtes servis. Alors continuez à manger ce que vous donne madame Le Pen et à la faire grandir, et après à donner ds leçons de morale aux autres.

Je vais y aller [voir les salariés, ndlr] comme j'y suis toujours allé, y compris... je me prendrai des sifflets, des gens qui ne sont pas d'accord, parce qu'il y a des gens qui sont de l'ultra-gauche qui n'est aps avec moi, ou de l'ultra droite qui ne sont pas avec moi. Mais moi je prendrai mes responsabilités.

Une scène captée par LCI et diffusée par le compte Twitter des Jeunes avec Macron :





Du rab sur le Lab

PlusPlus