VIDÉO – L'avoinée de Macron à son équipe pendant la visite de Whirlpool : "si vous écoutez la sécurité, vous finissez comme Hollande"

Publié à 23h19, le 08 mai 2017 , Modifié à 23h31, le 08 mai 2017

VIDÉO – L'avoinée de Macron à son équipe pendant la visite de Whirlpool : "si vous écoutez la sécurité, vous finissez comme Hollande"
© Capture d'écran TF1

Cela restera comme l'une des séquences de l'entre-deux-tours de la présidentielle : la bataille entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron sur fond de fermeture de l'usine Whirlpool, à Amiens.

Alors qu'il était en train de discuter avec l'intersyndicale au sein de la Chambre de commerce, le candidat d'En Marche ! a vu son adversaire du FN rendre une visite impromptue aux grévistes, donnant lieu à un échange des plus virulents entre les deux par caméras interposées. L'ancien ministre de l'Économie s'est ensuite rendu sur le site de Whirlpool, d'abord accueilli par des sifflets et des huées puis repartant en serrant des mains.

Ça, c'était pour ce qu'il s'est passé face caméras.

En coulisses, Emmanuel Macron a bien senti qu'il était à deux doigts de l'accident de campagne. Et il l'a fait comprendre à ses équipes, comme on le voit dans le documentaire diffusé lundi 8 mai sur TF1, Les coulisses d'une victoire.

Le candidat d'En Marche demande à son porte-parole Benjamin Griveaux, qui vient de lui montrer les images de Marine Le Pen sur le parking de Whirlpool, si cette dernière est déjà partie. Pas de réponse. Emmanuel Macron s'impatiente. Et tout le monde en prend pour son grade :

Il faut s'en assurer. S'il-vous-plaît, je vous demande une chose : soyez professionnels collectivement. Non mais vérifiez-le. Rien n'est pro là, depuis quelques jours. Le discours était une nullité pour ce soir, le truc, là, le déplacement n'était pas bien monté, je vous le dis franchement… Je ne peux pas… Je l'ai senti tout de suite.

 

On lui indique alors que Marine Le Pen est restée 20 minutes et est partie. Sibeth Ndiaye, responsable presse du candidat, évoque "les craintes" qui pèsent autour de la sécurité de la campagne. Voilà qui irrite encore plus Emmanuel Macron. Il poursuit :

On a que des craintes maintenant, mais parce qu'on est des bourgeois. Vous n'avez pas compris : c'est fini. Je ne peux pas paraître planqué. Je suis arrivé là ce matin, j'ai vu le truc en bagnole, j'ai vu tout de suite… Non mais ce n'est pas possible, il y a 100 mecs devant. Moi, je passe les grilles, j'arrive devant la CCI ? Je n'ai jamais fait ça de ma vie. […]



Les mecs de la sécurité, ce n'est pas eux qu'il faut écouter. Je ne serai jamais en sécurité parce que le pays, il est comme ça aujourd'hui. Donc il faut prendre le risque, il faut aller dans le cœur de la bête à chaque fois. Le cœur de la bête, il est là, il faut y aller. Parce que si vous écoutez les mecs de la sécurité, vous finissez comme Hollande. Peut-être que vous êtes en sécurité, mais vous êtes mort.

 

Un instant isolé par le Lab à voir ci-dessous en vidéo :



Un message plutôt sympa adressé à François Hollande que ne manquera pas d'apprécier l'intéressé. D'autant plus que, factuellement, cette remarque signée Emmanuel Macron n'est pas tout à fait vraie. Durant son quinquennat, et au grand dam parfois de son équipe de sécurité, le chef de l'État a bravé les consignes, notamment lorsqu'il s'est rendu sur les lieux de Charlie Hebdo et du Bataclan juste après les attentats.

Du rab sur le Lab

PlusPlus