VIDÉO – Le sexisme de François Fillon qui sous-entend que Léa Salamé n’a pas bien suivi l’actualité à cause de sa grossesse

Publié à 07h40, le 21 avril 2017 , Modifié à 07h40, le 21 avril 2017

VIDÉO – Le sexisme de François Fillon qui sous-entend que Léa Salamé n’a pas bien suivi l’actualité à cause de sa grossesse
Léa Salamé et François Fillon. © Montage Le Lab via captures d'écran France 2
Image Amandine Réaux


Candidater à une élection implique inévitablement de se répéter, d’exposer en boucle les mêmes arguments, employer souvent les mêmes formules lors d’interviews et de meetings. Il faut s’y attendre surtout lorsqu’il va s’agir de désamorcer une polémique. Et cela agace François Fillon. Le candidat LR participait, jeudi 20 avril, à l’émission de France 2 "15 minutes pour convaincre", organisée pour chacun des onze candidats à la présidentielles, et tentait comme ses adversaires de convaincre les 30% d’indécis. L’occasion également d’exposer une mesure emblématique de leur programme et clarifier d’éventuelles mesures qui ont pu faire polémique durant cette campagne.

La journaliste de la chaîne publique Léa Salamé choisit de revenir sur le revirement de l’ancien Premier ministre concernant la Sécurité sociale. François Fillon n’apprécie guère que l’on ravive cette polémique, même s’il s’agit avant tout de "clarifier" sa position, insiste la présentatrice. Ce qui le conduit à lui balancer une remarque sexiste en sous-entendant qu’elle n’a pas bien suivi l’actualité à cause de sa grossesse. Voici l’échange :



- Léa Salamé : François Fillon veut-il privatiser la Sécurité sociale ? C’était dans votre programme comme candidat à la primaire de la droite, vous vouliez recentrer l’assurance maladie sur les affections graves et les mutuelles sur le reste. Une fois élu à l’issue de la primaire, vous semblez avoir changé d’avis. Alors que veut faire François Fillon ?

- François Fillon : Je comprends que vous me posiez cette question puisque vous avez été absente quelques temps et je me permets de vous en féliciter, mais j’ai déjà répondu 20 fois, y compris sur ce plateau, à la question.

- Léa Salamé : Oui, mais comme on est à trois jours du vote, il s’agit de clarifier votre position.

- François Fillon : Donc c’est extrêmement clair. Non mais [ma position] est parfaitement claire. C’est en reposant la question que, d’une certaine façon, vous la rendez moins claire. [Rires]




"Je ferai [...] recentrer l'assurance maladie sur les affections graves et l'assurance privée sur le reste", promettait effectivement François Fillon lorsqu’il était candidat à la primaire de la droite. Après la polémique sur la distinction entre "gros risques" et "petits risques", il avait choisi de "retirer", mi-décembre, cette mesure de la discorde.

En 2009, François Fillon avait freiné la carrière de Nathalie Kosciusko-Morizet en lui refusant un ministère à cause de sa grossesse. "Tu ne seras pas ministre car tu es enceinte", lui avait dit le chef du gouvernement d'alors, ce que l'intéressée avait confirmé le 22 novembre 2016.

Du rab sur le Lab

PlusPlus