VIDÉO – L'énorme colère de Gaudin interrogé sur les détournements d'argent public au Sénat

Publié à 07h28, le 13 octobre 2017 , Modifié à 07h43, le 13 octobre 2017

VIDÉO – L'énorme colère de Gaudin interrogé sur les détournements d'argent public au Sénat
© Capture d'écran France 2
Image Sylvain Chazot


Ils les appelaient les "chocolats du Sénat". Entre 2002 et 2014, près de 8 millions d'euros d'argent public auraient été détournés par le biais de l'Union républicaine du Sénat. La justice enquête sur cet énorme système de détournement de fonds. Selon Michel Talgorn, ancien inspecteur des impôts, au Sénat depuis 40 ans et chargé des questions financières du groupe UMP au Sénat, 117 sénateurs élus de la chambre haute auraient bénéficié de ce montage très sophistiqué. L'homme est aujourd'hui mis examen dans le cadre de cette affaire.

Parmi les sénateurs qui auraient pu toucher ces fameux "chocolats", on trouve Jean-Claude Gaudin. Selon Envoyé Spécial, jeudi 12 octobre, le maire de Marseille aurait perçu 5.000 euros chaque trimestre, 20.000 euros par an, pendant au moins 4 ans.

Interrogé en marge d'un banquet républicain par Envoyé Spécial, Jean-Claude Gaudin reconnaît que, par le passé, "il y avait peut-être des habitudes" mais qu'il y a mis fin lorsqu'il était président de groupe au Sénat. N'allez donc pas lui parler des chèques qu'il aurait pu percevoir, ou lui demander si, lui aussi, il n'a pas touché un petit peu d'argent, comme le fait le journaliste d'Envoyé Spécial, ça a tendance à l'énerver… :



Mais qu'est-ce que vous venez me dire là ? Mais vous n'avez pas honte de me dire ça ? Mais c'est un scandale monsieur ! Le Sénat s'est toujours très bien comporté. Sous l'autorité du président Larcher, tout a été clair, transparent. Que d'autres fassent la même chose. Allez, merci.

Jean-Claude Gaudin part sous les "bravo" de plusieurs militants.

Puis il se retourne vers le journaliste et lui lance :



Non mais quelle audace !

Un instant isolé par Envoyé Spécial à voir ci-dessous en vidéo : 





#

Du rab sur le Lab

PlusPlus