VIDÉO – Marine Le Pen vous offre une minute de grand n'importe quoi sur la laïcité

Publié à 11h26, le 10 février 2017 , Modifié à 11h26, le 10 février 2017

VIDÉO – Marine Le Pen vous offre une minute de grand n'importe quoi sur la laïcité
Marine Le Pen © Capture d'écran France 2
Image Sylvain Chazot


Marine Le Pen, comme de très nombreux responsables politiques, qu'ils soient ou non frontistes, a la laïcité chevillée au corps. La candidate FN à l'élection présidentielle aime donc parler de cette valeur de la République française, quitte à raconter n'importe quoi comme ce fut le cas jeudi 9 février lors de son passage à L'Émission Politique, sur France 2.

Après avoir débattu avec Patrick Buisson, la cheffe frontiste a devisé avec Patrice Bessac, maire PCF de Montreuil, en Seine-Saint-Denis. Il fut donc question de vivre-ensemble et de laïcité, notions sur lesquelles Marine Le Pen a un avis très tranché puisqu'elle veut, notamment et au nom de la laïcité, interdire le port de tout signe religieux ostensible dans l'espace public. C'est ce qu'elle répété au cours de son échange avec le journaliste Karim Rissouli :

-          Karim Rissouli : On est bien d'accord, les croix sont concernées aussi ? Petites croix ? Grandes croix ? Où est-ce que ça s'arrête ?

-          Marine Le Pen : Non mais ça n'existe pas monsieur. Les grandes croix, ça n'existe pas.

-          Karim Rissouli : Donc les petites croix dans la rue seront interdites ou pas ?

-          Marine Le Pen : Je suis désolé de dire mais, en l'occurrence… Je ne vais pas inventer des choses qui n'existent pas. Les religions chrétiennes n'ont pas de signes ostensibles. C'est ainsi. Et je vais vous dire pourquoi : c'est en réalité nous qui avons inventé la laïcité. Vous savez : 'rendez à Dieu ce qui est à Dieu et à César ce qui est à César'.

-          Karim Rissouli : Juste pour être clairs : est-ce que les petites croix seront acceptées dans la rue ?

-          Marine Le Pen : Les signes ostensibles ! C'est la même loi que celle de 2004. À l'école, les petites croix sont autorisées, les petites kippas sont auto… [elle s'arrête].  Les petites euh… euh… comment dire… croix juives sont autorisées [sic], les étoiles juives sont autorisés. Que dire d'autre… Les mains de Fatma sont autorisées. Donc tout ça, c'est autorisé. Ce sont les signes ostensibles qui ne seraient pas autorisés et qui ne le sont pas déjà à l'école.

À l'écrit, la sortie de Marine Le Pen est déjà bien *surprenante* puisqu'elle contient un nombre assez élevé d'intox en un temps pourtant réduit. En vidéo, cela provoque le même effet.





Alors reprenons le fil des mythos, intox et autre raccourcis.



#1

Première phrase de Marine Le Pen et premier mensonge : "Les grandes croix, ça n'existe pas". La circulaire du 18 mai 2004 relative à la mise en œuvre de la loi sur le port de signes religieux à l'école – loi à laquelle se réfère la candidate du Front national – parle pourtant bien de "croix de dimension manifestement excessive".




Les "grandes croix" sont donc bien quelque chose de concret et Marine Le Pen n'a pas besoin de les inventer.

 

#2

Deuxième intervention de Marine Le Pen et deuxième intox : "Les religions chrétiennes n'ont pas de signes ostensibles." On vient de l'écrire : si, il existe des grandes croix chrétiennes donc, si, les religions chrétiennes ont bien des "signes ostensibles". Next.

 

#3

D'après Marine Le Pen, ce sont les chrétiens, "nous" comme elle les désigne, qui ont "inventé la laïcité". "Vous savez : 'rendez à Dieu ce qui est à Dieu et à César ce qui est à César'", dit-elle, reprenant l'un de ses raccourcis préférés.

De fait, Marine Le Pen dit un tout petit peu n'importe quoi car même si la phrase "rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu" est bien tirée des Évangiles, attribuée à Jésus Christ, elle ne saurait établir les règles de la laïcité.

On pourra ainsi rétorquer que non, la laïcité, à savoir la séparation de l'Église et de l'État, n'a pas été inventée par la religion catholique mais fut élaborée au travers des siècles par des penseurs de toute obédience. On pense notamment à Averroès. Ce philosophe andalou musulman du XIIe siècle est considéré comme l'un des précurseurs de la pensée laïque, pile poil au moment où l'Europe était en proie à des guerres de religions. La notion fut portée par d'autres penseurs comme John Locke, Voltaire, Diderot ou Albert Einstein, qui n'étaient pas franchement de fervents catholiques (alerte litote).

LIRE AUSSI :

>> Aux origines de la laïcité [Le Monde diplomatique, décembre 2004]

>> "Laïcité", ce mot qui fâche

>> L'énorme raccourci de Marine Le Pen qui explique que c'est la religion catholique qui a inventé la laïcité



#4

Marine Le Pen veut élargir le champ d'application de la loi de 2004. "À l'école, les petites croix sont autorisées, les petites kippas sont auto…", lance-t-elle pour expliquer ce qui resterait autorisé dans l'espace public.

Les petites croix sont bien autorisées à l'école publique. En revanche, la kippa, quelle que soit sa taille, est interdite, tout comme le voile ou le turban Sihk.

 

#5

Last but not least, cette remarque sur "les croix juives" qui seraient autorisées à l'école. Alors peut-être. En fait, on ne sait pas. Parce qu'on a beau chercher, on ne sait pas trop ce qu'est "une croix juive", la croix étant un symbole chrétien et, d'une manière générale, perçu comme un signe d'oppression pour les juifs. D'ailleurs, Marine Le Pen elle-même se reprend et parle, directement, de "l'étoile juive".

Du rab sur le Lab

PlusPlus