VIDÉO - Marion Maréchal-Le Pen bousculée à la sortie d'une réunion de campagne par des opposants politiques

Publié à 11h19, le 18 septembre 2015 , Modifié à 18h38, le 18 septembre 2015

VIDÉO - Marion Maréchal-Le Pen bousculée à la sortie d'une réunion de campagne par des opposants politiques
© captures d'images d'ICI TV

Ce sont des images de la télévision locale des Hautes-Alpes DIci tv. Elles montrent Marion Maréchal-Le Pen bousculée et prise à partie jeudi 17 septembre. A l'issue d'une réunion publique à Guillestre, la députée FN est insultée et aspergée d'eau. Selon les informations de la chaîne locale, du côté d'Europe Ecologie-Les Verts, à l'origine du rassemblement, on parle de "débordements". Sur les images, on voit un gendarme bousculé et la l'élue frontiste suivie par une dizaine de personnes sous les cris de "fachos". 

Avant le début de la réunion publique, le Dauphiné Libéré notait l'afflux de manifestants.

Contactée par le Lab, Marion Maréchal-Le Pen explique :

"

La contre-manifestation a été organisée par le maire écolo, organisée à 10 mètres de la salle de la réunion publique. Nous avons alerté sur les risques encourus mais les alertes n'ont pas été prises en compte. 

"

La députée du Vaucluse explique qu'un concert était organisé sur la place à côté de la salle durant lequel les participants ont consommé de l'alcool "à côté du maire". "A la sortie, les militants se sont fait huer, il y a eu des crachats", poursuit-elle. Elle explique avoir alors décidé de sortir par la même porte que les militants plutôt que par une porte dérobée, comme prévu initialement.

Elle raconte :

"

C'est parti en live. Il y a eu des bousculades, injures et morsures. Des coups de barre de fer.

"

Elle prépare - précise-t-elle au Lab une lettre ouverte au ministre de l’Intérieur sur les moyens mis en oeuvre pour assurer la sécurité des personnalités politiques du FN. Par ailleurs, des plaintes vont être déposées.

De son côté, le maire EELV de Guillestre défend une version différente de l'incident. Au Lab, il explique que c'est la députée qui s'est rapprochée volontairement des manifestants. Il dit :

"

Je n'ai pas voulu interdire la manifestation car je considère que chacun a encore le droit de s'exprimer. J'avais, cependant, mis en place un dispositif de gendarmerie au cas où. Marion Maréchal-Le Pen est sortie de la salle par une autre porte que prévue. Elle s'est dirigée d'elle-même vers les manifestants.

"

Présent sur place, il ajoute :

"

Je ne crois pas qu'il y ait eu des coups. Avec mon équipe et la gendarmerie, nous l'avons raccompagnée à son véhicule. 

"

[EDIT 13h14] Sur Twitter, la députée du Vaucluse a publié sa lettre ouverte à Bernard Cazeneuve. 





À LIRE SUR LE LAB :

"Invasions barbares" : Marion Maréchal-Le Pen justifie la comparaison de Marine Le Pen par une référence au "grand remplacement"

Le FN se félicite de la décision de l'Allemagne d'introduire provisoirement un contrôle aux frontières pour les réfugiés

Selon David Rachline, sénateur FN, il est moins grave d'être condamné pour incitation à la haine raciale que pour corruption

Du rab sur le Lab

PlusPlus