VIDÉO - Najat Vallaud-Belkacem accuse la journaliste d’On n’est pas couché Vanessa Burggraf de relayer des fake news

Publié à 09h17, le 21 mai 2017 , Modifié à 18h45, le 21 mai 2017

VIDÉO - Najat Vallaud-Belkacem accuse la journaliste d’On n’est pas couché Vanessa Burggraf de relayer des fake news
L'ex ministre de l'Education nationale Najat Vallaud-Belkacem était l'invitée d'On n'est pas couché, samedi 20 mai. © Capture d'écran France 2
Image Victor Dhollande-Monnier


Moment de télévision totalement lunaire, samedi 20 mai sur le plateau de l'émission de France 2 On n'est pas couché. Face à l'ex-ministre de l'Education nationale Najat Vallaud-Belkacem, la journaliste Vanessa Burggraf a multiplié les approximations sur les réformes menées pendant le dernier quinquennat. 

Au bout de 30 minutes de questions-réponses sur l'action menée par le gouvernement de François Hollande et sur son autobiographie, La vie a plus d’imagination que toi (Ed. Grasset), Najat Vallaud-Belkacem doit défendre son propre bilan. Après un échange houleux sur les classes bilingues, Vanessa Burggraf renvoie à son invitée une réforme de l'orthographe totalement imaginaire. Voici l'échange extrêmement musclé entre l'ancienne ministre de l'Education nationale et la journaliste de France 2 : 

- Najat Vallaud-Belkacem : Vous pensez que le Français est absolument essentiel, indispensable, alors vous avez dû vous réjouir car dans les nombreuses réformes que j'ai menées, il y avait la réforme des programmes. Donc, vous avez dû vous réjouir de voir que dans la réforme des programmes…

- Vanessa Burggraf [la coupe]: J’ai vu la réforme de l’orthographe. Ça m’a atterrée.

- Najat Vallaud-Belkacem [rit nerveusement] : Non mais alors là, franchement. Excusez-moi Vanessa mais... Vanessa, Vanessa, je n’ai jamais mené de réforme de l’orthographe, c’est une fake news. Mais c’est pas possible, vous vous rendez compte.

- Vanessa Burggraf : Dans l’école de ma fille, je suis désolé de vous dire…

- Najat Vallaud-Belkacem : Mais vous relayez… Mais c’est pas possible…

- Vanessa Burggraf : Dans la classe de ma fille, on enlève les petits tirets. Le mot 'oignon'…

- Najat Vallaud-Belkacem [rit nerveusement] : Alors là, je n’en reviens pas.

- Vanessa Burggraf : Le mot 'oignon' s’écrit o-i-g-n-o-n. On l’écrit o-g-n-o-n.

- Najat Vallaud-Belkacem : Mais c’est pas possible…

- Laurent Ruquier : Si elle dit que c’est vrai dans l’école de sa fille ?

- Najat Vallaud-Belkacem : Non, non, non, Laurent Ruquier, je n’en rajoute pas parce que je ne veux pas vous mettre en difficulté mais je vous assure [elle ne termine pas sa phrase]. On va oublier cette discussion.

- Vanessa Burggraf : Donc, vous n’avez pas fait la réforme de l’orthographe ? Tout ça, c’était un mensonge ?

- Najat Vallaud-Belkacem : Mais évidemment, tout comme je n'ai pas imposé l'apprentissage obligatoire de l'Arabe au CP [à voir ici, ndlr]. Vous y avez aussi cru peut-être non? Mais c’est incroyable. Ça fait trois ans que je suis sujette à toutes les fake news, à tous les mensonges et à toutes les insanités de la terre et vous, vous êtes journaliste et vous tombez dedans, et vous relayez ça. Mais vous comprenez que je suis furieuse. 

Une séquence à retrouver ci-dessous en vidéo : 





Pendant le quinquennat de François Hollande, aucune réforme de l'orthographe n'a été adoptée. Aucune. 

En revanche, il y a bien eu une polémique en 2016 sur une réforme de l'orthographe, mais laquelle avait été adoptée en... 1990. Face au mécontentement de certains professeurs, Najat Vallaud-Belkacem avait été obligée de faire une petite mise au point. "Il ne revient pas au ministère de l’Éducation nationale de déterminer les règles en vigueur dans la langue française", expliquait-elle dans un communiqué du 4 février 2016

Passablement énervée contre cette rumeur qui lui attribuait, à tort, cette réforme, Najat Vallaud-Belkacem avait été jusqu'à écrire une tribune dans les colonnes du Monde intitulée "La réforme de l’orthographe n’existe pas !". Elle expliquait : 

Pas moins de trois anciens ministres de l’éducation nationale et un ancien ministre de l’enseignement supérieur ont créé et alimenté une polémique absurde à propos d’une réforme de l’orthographe qui n’existe pas. Plus grave, ils ont sciemment induit en erreur les médias et l’opinion publique en assimilant cette réforme imaginaire à la réforme, bien réelle celle-ci, qui concerne le collège et, plus largement, toute l’école de la République. 

Najat Vallaud-Belkacem mettait directement en cause François Fillon, Luc Chatel, François Bayrou ou Laurent Wauquiez, coupables, selon elle d'avoir "trahi les exigences élémentaires du débat public dans une démocratie". 

Du rab sur le Lab

PlusPlus