VIDÉO - Ouragan Irma : Emmanuel Macron dénonce les "polémiques intempestives, inopportunes qui manquent de dignité"

Publié à 15h43, le 12 septembre 2017 , Modifié à 16h07, le 12 septembre 2017

VIDÉO - Ouragan Irma : Emmanuel Macron dénonce les "polémiques intempestives, inopportunes qui manquent de dignité"
Emmanuel Macron. © Montage le Lab
Image Le Lab

Loïc Le Clerc pour

Depuis le passage de l'ouragan Irma sur les Antilles, la colère des habitants et l'indignation de la classe politique va crescendo. Il est notamment reproché au gouvernement d'avoir trop tardé à réagir face à l'ampleur de la catastrophe. Des polémiques qui agacent au sommet de l'État.

En Guadeloupe, ce mardi 12 septembre, Emmanuel Macron a tenu à remettre les choses dans l'ordre. Donnant une conférence de presse depuis Pointe-à-Pitre, le président de la République a lancé :



Le temps, il est à l'union nationale. Il est à l'union. Soyons dignes. [...] Le temps n'est à aucune polémique. Il est à l'action, à la mobilisation pour le retour à la vie normale et à la reconstruction. Ensuite viendra le temps de l'évaluation, j'y suis tout à fait disposé. Le gouvernement devra, devant le Parlement, répondre de ses actes, expliquer, et nous pourrons améliorer sans doute les procédures, on peut toujours s'améliorer. Mais il faut le faire dans le calme et au bon moment. Ça n'est pas quand toutes les solutions ne sont pas encore trouvées, que la vie n'est pas de retour à la normale, que d'aucuns peuvent se permettre de lancer des polémiques. Elles sont intempestives, inopportunes et manquent de dignité.

Un passage capté par franceinfo à voir ci-dessous :













Depuis plusieurs jours, des députés de l'opposition, de droite comme de gauche, demandaient une commission d'enquête parlementaire. Emmanuel Macron s'y est dit "favorable", comme le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb. Mais le Président a précisé qu'il fallait "faire les choses dans le bon ordre". "La priorité est à la reconstruction", a-t-il insisté, rejoignant son Premier ministre Edouard Philippe pour lequel il est "préférable de travailler que de polémiquer sur le sujet".

Quant aux diverses critiques sur l'impréparation de l'État, Annick Girardin, la ministre des Outre-mer, a, elle aussi, remis à leur place ceux qui polémiquent sur Irma "depuis un salon parisien".

Après la Guadeloupe, Emmanuel Macron doit ensuite effectuer une reconnaissance aérienne au-dessus de Saint-Martin, où il va rencontrer des sinistrés de l'ouragan, avant de se rendre à Saint-Barthélemy.









[BONUS TRACK] #BerlinOuest

Pour répondre aux critiques, Emmanuel Macron a précisé les dispositions que le gouvernement a déjà mises en oeuvre. Le Président a déclaré :

Ce que nous avons mis en place, depuis le début de la crise, depuis l'ouragan, c'est l'un des plus grands ponts aériens depuis la Deuxième Guerre mondiale. Au moment où je vous parle, il y a 1900 forces de l'ordre et forces armées à Saint-Martin pour sécuriser l'île.

Un pont qui a coûté, toujours selon le Président, "50 millions d'euros". Pour rappel, le pont aérien de Berlin Ouest, qui a duré de juin 1948 à août 1949, reste aujourd'hui sans commune mesure. Dans cet intervalle, 490.000 tonnes de produits alimentaires ont été envoyés à Berlin Ouest et 227.655 personnes ont été extradés de la capitale allemande.



LIRE AUSSI SUR EUROPE1.FR

> Saint-Martin : les habitants suspendus aux distributions de vivres

A LIRE AUSSI SUR LE LAB

> À Saint-Martin, la ministre des Outre-mer Annick Girardin choisit "d'abord le secours et ensuite la sécurité"

Du rab sur le Lab

PlusPlus