VIDÉO - Plusieurs députés dénoncent les "cris de chèvre" faits à Alice Thourot (LREM) en pleine séance à l'Assemblée

Publié à 14h55, le 03 août 2017 , Modifié à 18h45, le 03 août 2017

VIDÉO - Plusieurs députés dénoncent les "cris de chèvre" faits à Alice Thourot (LREM) en pleine séance à l'Assemblée
Alice Thourot, députée LREM. © Montage le Lab
Image Le Lab

Loïc Le Clerc pour

Tiens, une bonne vieille remarque sexiste à l'Assemblée, ça faisait longtemps. Ce jeudi 3 août, les députés débattent toujours du projet de loi pour la confiance dans la vie politique. Alice Thourot, députée LREM, prend la parole pour défendre le projet de loi et, notamment, la suppression de la réserve parlementaire.

Alors que l'élue s'exprime, un bruit étrange, presque inaudible sur l'enregistrement vidéo de la séance. Un député imite le cri de la chèvre, en d'autres termes, il bêle.

Ecoutez bien à 20 secondes, sur cette vidéo captée par LCP, ci-dessous :







Indignation immédiate d'Olivier Damaisin, député LREM, qui accuse un membre de les Républicains d'être à l'origine du vil cri de bête. "Une honte", tweete-t-il.







Puis c'est Jean-Luc Mélenchon qui y va de son tweet. Le patron du groupe LFI dénonce la "misogynie ordinaire à l'Assemblée nationale", les "cris de chèvre" mais aussi le "discours de M. Panot 'écrit par Mélenchon'".







Mathilde Panot, députée LFI, est intervenue à l'Assemblée le 1er août, pour défendre une motion de rejet préalable au projet de loi autorisant le gouvernement à légiférer par ordonnances pour réformer le code du Travail. Jean-Luc Mélenchon reprend ici la dénonciation de la députée du Val-de-Marne, qui tweetait :



J'apprends que des députés EM pensent que mon discours a été rédigé par Jean-Luc Mélenchon. Désolée: je les écris moi-même. [...] Peut-être ont-ils cru qu'étant une femme, je ne devais pas capable de penser par moi-même.






Contactée par le Lab, Mathilde Panot précise :



Plusieurs députés LREM ont sous-entendu que mon discours avait été écrit par JLM, ils l'ont demandé à plusieurs députés et collaborateurs de LFI, ce qui est absolument faux et dont il n'a jamais été question lors du discours de monsieur Quatennens par exemple.

Face au sexisme au Palais Bourbon, Catherine Coutelle, ancienne députée PS, avait conseillé aux néo-députées de "remettre en place ceux qui en sont à l’origine, et surtout, qu’elles en parlent". Il n'aura pas fallu deux mois.

A LIRE AUSSI SUR LE LAB

Christophe Castaner accuse les députés "vieux briscards" un peu misogynes d’être à l’origine du n’importe quoi à l’Assemblée









[Edit 16h]

Sur Twitter, la députée Alice Thourot a réagi, interrogeant :

Est-ce donc cela le "professionnalisme" qui nous ferait tant défaut ?!

Elle a rapidement été rejoint par ses collègues du groupe LREM. Audrey Dufeu-Schubert, député LREM, "confirme" que "la misogynie dans l'hémicycle n'a pas disparu". Saïd Ahamada demande, lui, "que le groupe LR condamne" cet acte qu'il juge "inadmissible".













[Edit 18h30] François de Rugy assure que "l'auteur sera sanctionné"

Sur Twitter, le président de l'Assemblée, François de Rugy, a apporté son soutien à la députée Alice Thourot. Il tweete, ferme :



Une telle attitude est inadmissible. Nous cherchons à identifier l'auteur et il sera sanctionné.

Dans la même veine, contacté par L'Obs, Richard Ferrand, président du groupe LREM à l'Assemblée, a qualifié cet événement de "honteux", "misogyne" et "appelle une sanction".

#

Du rab sur le Lab

PlusPlus