VIDÉO - Pour Dominique Strauss-Kahn, le PS n'a pas d'avenir et "c'est une bonne chose"

Publié à 16h27, le 04 novembre 2017 , Modifié à 17h58, le 04 novembre 2017

VIDÉO - Pour Dominique Strauss-Kahn, le PS n'a pas d'avenir et "c'est une bonne chose"
Dominique Strauss-Kahn. © Montage le Lab
Image Le Lab

Loïc Le Clerc pour

En 2011, tout était prêt pour le sacre de Dominique Strauss-Kahn. Puis il y a eu l'affaire du Sofitel de New York, puis celle du Carlton de Lille. En quelques mois, DSK chute de son statut de président du FMI.

Depuis cette époque, l'ancien haut-gradé du Parti socialiste se fait extrêmement discret. Ainsi, sa parole à une certaine valeur. Ce samedi 4 novembre, Dominique Strauss-Kahn était à Marrakech pour assister aux débats de la World Policy Conference. Il s'est exprimé rapidement au studio de télévision de la manifestation, comme le révèle le JDD.

Et la première question qui lui est posée est simple : "Est-ce que le Parti socialiste a un avenir ?" Réponse de DSK :

Non, je crois qu'il n'y en a pas et je crois que c'est une bonne chose. Le temps est venu de renouveler le centre-gauche français. L'élection d'Emmanuel Macron a créé une sorte de tremblement de terre dans la politique française. Ce parti qui est le mien, je le dis avec un petit peu de tristesse, mais c'est comme ça, n'a pas su accompagner la mondialisation, se transformer quand le monde se transformait. Il est temps qu'il disparaisse et qu'une autre force, peut-être avec une partie des mêmes membres, apparaisse.

Un passage à voir ci-dessous :



Il y a peu, début octobre, DSK prononçait un discours lors de l'enterrement de Nicole Bricq. L'ancien patron du FMI envoyait à Emmanuel Macron un message très politique : "les valeurs de gauche et de droite ne sont pas les mêmes".

De nombreux anciens collaborateurs de Dominique Strauss-Kahn sont aujourd’hui dans le premier cercle de la macronie. Il faut dire que pendant sa campagne, Emmanuel Macron s'entretenait régulièrement avec DSK.









[EDIT 17H45]

Sans grande surprise, ceux qui espèrent être de la partie lorsque le PS reprendra des couleurs n'ont pas franchement goûté aux propos de Dominique Strauss-Kahn. Le chef de file des députés socialistes, Olivier Faure, s'est dit "triste de voir DSK se tromper de rancoeur". Il tweete :





Autre député Nouvelle gauche et réaction similaire : celle de Luc Carvounas qui évoque, lui, des "propos incroyables de la part de DSK à qui le PS a tout donné". Ce dernier tweete :





Il faut dire que l'épitaphe faite au PS par DSK à de quoi agacer les deux parlementaires, étant donné qu'ils entendent chacun jouer un rôle actif dans la refondation du PS, et pourquoi pas en être le Premier secrétaire ?

Du rab sur le Lab

PlusPlus